RÉUNION DES DÉLÉGUÉS (1) – Lundi 12 Novembre

Lundi dernier s’est tenue la première réunion des délégués de classe, sous la présidence de la directrice.

À l’ordre du jour : 

  • le règlement sur la cour de l’école : rappeler les règles et en expliciter les raisons ;
  • les aménagements de cour : lesquels ? pour qui ?

Les discussions ont été riches, pertinentes  et organisées.

Un exemple : l’un des délégués propose de demander à la mairie une balançoire. Mais un autre fait remarquer que cela peut être dangereux dans une cour. Le projet est laissé de côté. 

Pour finir, il est décidé de faire une demande écrite à la mairie pour des jeux de cour sécurisés et pas trop chers. Cette demande sera rédigée par les CM1/CM2 et transmise à Monsieur le Maire.

 

16/11 – Cross de secteur CE1/CE2/CM1/CM2

Hier, à St Etienne du Bois s’est tenu le cross de secteur, pour lequel les élèves de Grand’Landes, St Etienne du Bois et Palluau s’entraînent depuis des semaines.

Douze courses ont eu lieu : les garçons avec les garçons, les filles avec les filles, par niveau de classe, du CP au CM2.

Félicitations à tous, et merci à Fabienne Guilbeau pour toutes les photos !

 

À l’arrivée, les coureurs et coureuses, fatigués et fiers, fatiguées et fières :

 

 

 

 

JOURNAL DE PS/MS (44) – Les ronds (3)

Ça continue de faire des ronds en PS/MS !

  • Dans l’espace « arts et graphisme », on fait des ronds avec l’essoreuse à salade, mais sans salade ! Dans l’essoreuse, une feuille de papier ronde, de la peinture acrylique bleue, jaune, rouge et noire, et… on tourne !

Le résultat est à découvrir lundi, sur les porte-manteaux !

 

  • En motricité, on joue à « Poule, poule, coq » et il faut courir… en rond !

  • En motricité toujours, on danse en ronde ; premier travail, s’organiser pour faire une grande ronde tous ensemble, sans aide des adultes :

Et puis, on tourne ; vers la gauche, puis vers la droite, pour « planter les choux, à la mode de chez nous » :

15/11 – MATINÉE PAIN AVEC ANNICK, GILLES ET… GEORGETTE

Ce matin, dans la cour, un camion est stationné : c’est le camion d’Annick et Gilles, les boulangers des écoles !

Annick anime d’abord un spectacle : c’est la scène de la préparation de la pâte à pain, en guitare, en chanson et avec Georgette la poulette un peu caractérielle !

Puis c’est la préparation de la pâte, avec l’aide très appliquée de Xavier :

Farine, eau, sel et levure, puis on pétrit pour obtenir un pâton bien rond, qu’on recouvre :

Annick et Gilles distribuent ensuite les tabliers, les calots et les T-shirts, puis le matériel :

Le premier travail, c’est de mélanger les ingrédients (la farine, l’eau, le sel et la levure) :

Ensuite, il faut pétrir, pétrir, pétrir, et former une boule (un « pâton »):

Retour à la salle, ensuite, pour la suite du spectacle : le pâton laissé sous le saladier a gonflé ! Georgette la poulette essaie de se rappeler les proportions pour préparer la pâte (et elle dit beaucoup de bêtises, pour le plus grand plaisir des enfants !)

De retour dans la classe, les adultes coupent le pâton en deux, et les enfants fabriquent un petit pain au chocolat et une boule de pain.

Puis, Annick et Gilles les enfournent sous les yeux des enfants (ils ont le droit de monter dans le camion !) :

Pendant que les pains cuisent, Annick joue la fin du spectacle : elle explique à Georgette la poulette comment les grains de blé deviennent de la farine dans la meule, puis dans les trois tamis :

Et Annick finit le spectacle en chanson, avec l’accordéon, puis la guitare :

Et c’est le moment de dire « Au revoir » à Georgette, et là, c’est impossible de rester assis !

Au revoir, Annick, Gilles et Georgette, et merci !

JOURNAL DE PS/MS (43) – Le magnétisme (1)

Dans l’espace « sciences et sensoriel », pendant cette période, on parlera du magnétisme.

Aujourd’hui, c’est la découverte libre du matériel. Dans les bacs, on trouve des objets très divers, mélangés aux aimants. La consigne : manipuler librement et remarquer « quelque chose de spécial » dans les objets.

 

L’objectif de la séance : s’apercevoir que certains objets restent « magiquement » « collés » ensemble.