Nov 12

#Ecole_sécurité

Deux plans pour la sécurité des usagers de l’école

 Trois exercices d’alerte incendie, deux alertes intrusion et un confinement au cours de l’année scolaire : la sécurité est bien prise en compte dans l’école. Ci-dessous, copie des deux PPMS (plan particulier de mise en sûreté) : confinement et attentat-intrusion.    

                   

 

MISE EN ŒUVRE DU PLAN PARTICULIER DE MISE EN SURETÉ  (P.P.M.S.) (extraits)

                                                                                   Mise à jour le 01/09/2017

                       À EMPORTER LORS DU CONFINEMENT :

 

  •  Le cahier d’appel
  • Les fiches de renseignements et/ou d’urgence
  • Les PAI éventuels

 

Personnels formés aux premiers secours :

 -Jérôme Bourdon CE1 (AFPS)

-Chloé Chochard CP (AFPS & PSC1)

-Violaine Feuvrais CP (PSC1)

-Michel Gouon CM2 (AFPS)

-Claudie Michaut (PSC1)

-Émilie Morin TR (AFPS & PSC1)

-Solène Letranchant TR (PSC1)

-Matthieu Vendé TR pondération (AFPS, PSC1 & RIFA)

-Geneviève Yazid (PSC1)

  

Organisation pédagogique

 

Classe de (Nom enseignant) Niveau scolaire Nombre d’élèves Lieu de

fonctionnement

de la classe

(n° de bâtiment

et étage)

Chloé Chochard CP 11 bâtiment 2, étage
V. Feuvrais/J. Galisson CP 11 bâtiment 2, étage
J. Bourdon CE1 23 bâtiment 2, étage
Claire Wiame CE1/CE2 21 bâtiment 1, étage
Claudie Michaut CE2 25 bâtiment 1, étage
Geneviève Yazid CM1 22 bâtiment 1, étage
M. Gouon/M. Guihéneuf CM2 22 bâtiment 1, étage
Véronique Vauchelet Maître +   Bâtiment 2, RDC
       
       
       
TOTAL ÉCOLE   135  

 LE DÉCLENCHEMENT DE L’ALERTE

 En temps scolaire, l’alerte au sein de l’école est déclenchée par  Michel GOUON, directeur de l’école, ou en son absence par Claire WIAME, adjointe.

L’alerte doit être déclenchée par le directeur ou la directrice :

  •  lorsqu’il (elle) est prévenu(e) par les autorités (mairie, préfecture, gendarmerie, police, inspection académique) ou par le signal national d’alerte (3 émissions successives d’une durée d’une minute chacune et séparées par un intervalle de 5 secondes),
  •  lorsqu’ il (elle) est témoin d’un accident pouvant avoir une incidence majeure pour l’école et son environnement.

L’alerte est déclenchée dans l’école au moyen de :  corne de brume,

LES CONSIGNES

Consignes à appliquer immédiatement dans l’école lors de la survenance de l’accident majeur :

  • M.GOUON règle le poste de radio à piles disposé à cet usage dans la cellule de crise (bureau de la gardienne et de la responsable de site), rez-de-chaussée du bâtiment 1, sur la fréquence 88.1 Mhz.

[France Inter grandes ondes (164 Mhz) si la FM ne passe pas.]

  • Les personnes ressources rejoignent immédiatement le poste correspondant aux missions qui leur ont été assignées (voir ANNEXE 1).
  • Les autres personnes (enseignants, volontaires du service civique)  assurent l’encadrement des élèves, selon les consignes reçues, conduisent les élèves vers le(s) lieu(x) de mise en sûreté préalablement définis (ANNEXE 3) ou accompagnent leur évacuation, contrôlent la présence des élèves [l’appel précis doit être fait systématiquement, la liste nominative des absents est dressée en 2 exemplaires (ANNEXE 2)], expliquent la nature de l’événement et rassurent les élèves.

LA LEVÉE DE L’ALERTE

Le directeur de l’école prévient  l’ensemble des personnels et des élèves placés sous sa responsabilité de la fin du dispositif d’alerte.

MALLETTE DE PREMIÈRE URGENCE ET TROUSSE DE PREMIERS SECOURS

(à placer dans chaque lieu de mise en sûreté)

 Contenu de la mallette                                                                                                     

Documents
– Tableau d’effectifs vierge (annexe 2) + listes des classes                                                  
– Fiche conduites à tenir en première urgence (annexe 10)                                                     
– Copie de la fiche de mission des personnels et des liaisons internes                                  
– Plan indiquant les lieux de mise en sûreté (internes ou externes)                                          
– Fiches individuelles d’observation (annexe 2 bis)                                                                
Matériel
– Brassards (pour identifier les personnes ressources)                                                          
– Radio à piles (avec piles de rechange) et inscription des fréquences de France Inter

ou de la radio locale conventionnée par le préfet                                                                 
– Rubans adhésifs (larges)                                                                                                   
– Ciseaux                                                                                                                           
– Linges, chiffons                                                                                                                
– Lampe de poche avec piles                                                                                                           
– Essuie-tout                                                                                                                                     
– Gobelets                                                                                                                          
– Seau ou sacs plastiques (si pas accès WC)                                                                                  
– Eau (si pas accès point d’eau)                                                                                          
– Jeux de cartes, dés, papier, crayons…                                                                              
Trousse de premiers secours
Cette trousse de premiers secours comprend (cf. B.O. spécial n° 1 du 6 janvier 2000) :
– Sucres enveloppés                                                                                                           
– Sacs plastiques et gants jetables                                                                                       
– Ciseaux                                                                                                                                           
– Couverture de survie ou isothermique                                                                                               
– Mouchoirs en papier                                                                                                          
– Savon de Marseille                                                                                                            
– Garnitures périodiques                                                                                                     
– Éosine disodique aqueuse incolore, désinfection des plaies sauf hypersensibilité à l’éosine            
– Compresses individuelles purifiées                                                                                    
– Pansements adhésifs hypoallergiques                                                                               
– Pansements compressifs                                                                                                                
– Sparadrap                                                                                                                        
– Bandes de gaze                                                                                                               
– Filets à pansement                                                                                                            
– Écharpe de 90 cm de base                                                                                                                            ¨

Pour les élèves faisant l’objet d’un Projet individualisé d’accueil ou d’intégration penser à se munir de leur traitement spécifique.

PRINCIPALES DATES D’ÉLABORATION DU PLAN DE MISE EN SURETÉ FACE AUX RISQUES MAJEURS

 Le présent plan particulier de mise en sûreté a fait l’objet :

d’une réflexion en conseil des maîtres ;

d’une présentation en conseil d’école lors de sa réunion du 1er trimestre 2009/2010.

TRANSMISSION DU PLAN DE MISE EN SURETÉ FACE AUX RISQUES MAJEURS

 Le présent plan particulier de mise en sûreté a été transmis aux destinataires suivants :     

  •  à l’Inspecteur d’Académie
  •  à l’Inspecteur de l’éducation Nationale
  •  au Maire

                                                A Saint-Nazaire, le 01/09/2017

 

ANNEXE 1 : Personnes ressources pour le temps scolaire

 

Missions Noms Personnels
-Déclencher l’alerte, activer le plan de mise en sûreté

-S’assurer de la mise en place des différents postes.

-Établir une liaison avec les autorités et transmettre aux personnels les directives des autorités.

 

  M. Gouon  DIRECTEUR
Numéro de téléphone auquel cette personne peut être appelée par les autorités et les secours. (si possible différent du standard de l’école) 06 31 15 72 8302 40 53 44 85
-Assurer la conduite du PPMS en cas d’absence du directeur d’école

-Veiller au bon déroulement des opérations de regroupement.

-Contrôler les accès de l’établissement

-Couper les circuits (gaz, ventilation, chauffage, électricité en particulier).

S’assurer que tout le monde est en sûreté (publics spécifiques en particulier).

-Gérer les communications téléphoniques (secours, familles, médias).

-Assurer l’encadrement des élèves, pointage des absents, gestion de l’attente, signalement des incidents).

-Prise en charge des élèves à besoins spécifiques (élèves handicapés, élèves faisant l’objet d’un PAI)

-Isolation des portes et fenêtres des salles de confinement (ruban adhésif et serpillières). 

 Mme Wiame

 

M. Gouon

 

  M. Gouon

 

 M. Gouon

 

 M. Gouon

 

 M. Gouon

 

chaque enseignant responsable de sa classe ou d’un groupe d’élèves

 chaque enseignant responsable de sa classe ou d’un groupe d’élèves

 chaque enseignant responsable de sa classe ou d’un groupe d’élèves

 

 PERSONNES RESSOURCES

 

 

Enseignants

Volontaires service civique

 

 ANNEXE 3

DÉFINITION DU (DES) LIEU(X) DE MISE EN SÛRETÉ

ÉCOLE  Albert Camus élémentaire

Adresse précise 11, rue Marcelin Berthelot – 44600 Saint-Nazaire

Nombre de bâtiments indépendants (avec nécessité de sortir à l’air libre pour passer de l’un à l’autre) : 2

  Si l’école se compose de plusieurs bâtiments indépendants :

  • Bâtiment A Élémentaire 1

Groupes                                             Lieu(x) de mise en sûreté                              responsables

– les CE1 et CE2                                – Rez-de-chaussée, salles 3 & 4                     – Claire Wiame

– les CM1                                            – Rez-de-chaussée, salles 3                            – Claudie Michaut

– les CM2                                           – Rez-de-chaussée, salles 2                            -Geneviève Yazid

  • Bâtiment B Élémentaire 2

Groupes                                             Lieu(x) de mise en sûreté                              responsables

-MS/GS                                             – Rez-de-chaussée salle 5                   – C. Clouteau/S. Audiger

-CP                                                    – Rez-de-chaussée, salle 4                  -C. Chochard/ V. Feuvrais

-CE1                                                  – Rez-de-chaussée, salle 3                   – J. Bourdon/V. Vauchelet

Moyen de communication interne entre les bâtiments : talkiewalkies.

Si les lieux de mise en sûreté possèdent des issues ou des voies d’aération, il est obligatoire de prévoir un calfeutrage.

 Joindre le plan de masse en y portant les accès, itinéraires, coupure des fluides, lieux de confinement.

 

 

ANNEXE 5 :

 École :                                       Albert Camus élémentaire

Téléphone :                              02 40 53 44 85 (bureau & classe directeur)

Ligne directe du directeur :   06 88 38 56 42

Adresse :                                  11, rue Marcelin Berthelot – 44600 Saint-Nazaire

Accès des secours :                 même adresse

 

Annexe 10

LES CONDUITES À TENIR EN PREMIÈRE URGENCE
(dans les situations particulières de risques majeurs)

CONSIGNES GÉNÉRALES

Après avoir rejoint les lieux de mise en sûreté :

– utiliser la mallette de première urgence ;
– se référer, si nécessaire, aux protocoles d’urgence pour les élèves malades ou handicapés ;
– faire asseoir uniquement les élèves indemnes ;
– expliquer ce qui se passe et l’évolution probable de la situation ;
– établir la liste des absents (annexe 8) ;
– repérer les personnes en difficulté ou à traitement médical personnel ;
– recenser les élèves susceptibles d’aider, si nécessaire ;
– déterminer un emplacement pour les WC ;
– proposer aux élèves des activités calmes ;
– suivre les consignes en fonction des situations spécifiques (saignement du nez, « crise de nerfs « …) ;
– remplir une fiche individuelle d’observation (annexe 9) pour toutes les personnes fortement indisposées ou blessées.

CONSIGNES EN FONCTION DE SITUATIONS SPÉCIFIQUES

1 – L’enfant ou l’adulte saigne du nez
Il saigne spontanément :
– le faire asseoir, penché en avant (pour éviter la déglutition du sang) ;
– le faire se moucher ;
– faire comprimer la (les) narine(s) qui saigne(nt) avec un doigt, le(s) coude(s) prenant appui sur une table ou un plan dur pendant cinq minutes ;
– si pas d’arrêt après cinq minutes continuer la compression.
Il saigne après avoir reçu un coup sur le nez ou sur la tête :
– surveiller l’état de conscience ;
– si perte de connaissance (voir situation 5), faire appel aux services de secours.

2 – L’enfant ou l’adulte fait une « crise de nerfs »
Signes possibles (un ou plusieurs) :
– crispation ;
– difficultés à respirer ;
– impossibilité de parler ;
– angoisse ;
– agitation ;
– pleurs ;
– cris.
Que faire ?
– l’isoler si possible ;
– le mettre par terre, assis ou allongé ;
– desserrer ses vêtements ;
– le faire respirer lentement ;
– le faire parler ;
– laisser à côté de lui une personne calme et rassurante.

3 – Stress individuel ou collectif
Ce stress peut se manifester pour quiconque.
Signes possibles (un ou plusieurs) :
– agitation ;
– hyperactivité ;
– agressivité ;
– angoisse ;
– envie de fuir … panique.
Que faire ?
En cas de stress individuel
– isoler l’enfant ou l’adulte, s’en occuper personnellement (confier le reste du groupe à un adulte ou un élève « leader ») ;
– expliquer, rassurer, dialoguer.
En cas de stress collectif
– être calme, ferme, directif et sécurisant ;
– rappeler les informations dont on dispose, les afficher ;
– se resituer dans l’évolution de l’événement (utilité de la radio) ;
– distribuer les rôles et responsabiliser chacun.

4 – L’enfant ou l’adulte ne se sent pas bien mais répond
Signes possibles (un ou plusieurs) :
– tête qui tourne, pâleur, sueurs, nausées, vomissements, mal au ventre, agitation, tremblement.
Questions :
– a-t-il un traitement ?
– quand a-t-il mangé pour la dernière fois ?
– a-t-il chaud ? froid ?
Que faire ?
– desserrer les vêtements, le rassurer ;
– le laisser dans la position où il se sent le mieux ;
– surveiller.
Si les signes ne disparaissent pas : donner 2-3 morceaux de sucre (même en cas de diabète).
Après quelques minutes, le mettre en position « demi-assis » au calme.
Si les signes persistent, faire appel aux services de secours.

5 – L’enfant ou l’adulte a perdu connaissance
Signes :
– il respire ;
– il ne répond pas ;
– il ne réagit pas si on le pince au niveau du pli du coude.
Que faire ?
– le coucher par terre « sur le côté » (position latérale de sécurité) ;
– ne rien lui faire absorber ;
– le surveiller ;
– s’il reprend connaissance, le laisser sur le côté et continuer à le surveiller ;
– s’il ne reprend pas connaissance, faire appel aux services de secours.

6 – L’enfant ou l’adulte a du mal à respirer
Signes (un ou plusieurs) :
– respiration rapide ;
– angoisse ;
– difficultés à parler ;
– manque d’air ;
– sensations d’étouffement.
Que faire ?
– le laisser dans la position où il se sent le mieux pour respirer ;
– l’isoler si possible ;
– desserrer ses vêtements ;
– le rassurer et le calmer ;
– si les signes persistent, faire appel aux services de secours.
Question : est-il asthmatique ?
– Si oui, que faire :
. a-t-il son traitement avec lui ?
. si oui : le lui faire prendre ;
. si non : quelqu’un d’autre a-t-il le même médicament contre l’asthme ?
. si la crise ne passe pas, faire appel aux services de secours.
– Si non, que faire :
. l’isoler, si possible ;
. desserrer ses vêtements ;
. le rassurer et le calmer ;
. au-delà de 10 minutes, faire appel aux services de secours.

7 – L’enfant ou l’adulte fait une « crise d’épilepsie »
Signes :
– perte de connaissance complète : il ne réagit pas, ne répond pas ;
– son corps se raidit, il a des secousses des membres ;
– il peut : se mordre la langue, devenir bleu, baver, perdre ses urines.
Que faire ? Respecter la crise :
– ne rien mettre dans la bouche, et surtout pas vos doigts ;
– éloigner les personnes et les objets pour éviter qu’il ne se blesse ;
– ne pas essayer de le maintenir ou de l’immobiliser ;
– quand les secousses cessent, le mettre « sur le côté » (position latérale de sécurité) et le laisser dans cette position jusqu’au réveil ;
– rassurer les autres ;
– si les signes persistent, faire appel aux services de secours.
Remarques : il peut faire du bruit en respirant, cracher du sang (morsure de la langue)
Ne pas essayer de le réveiller : il se réveillera de lui-même et ne se souviendra de rien.

8 – L’enfant ou l’adulte a mal au ventre
Signes :
– a-t-il des nausées, envie de vomir et/ou de la diarrhée ?
– est-il chaud (fièvre) ?
Que faire ?
– rassurer, trouver une occupation ;
– proposer d’aller aux toilettes, si elles sont accessibles ou sur le récipient mis à disposition ;
– le laisser dans la position qu’il choisit spontanément ;
– si les signes persistent, faire appel aux service de secours.
Remarque : signe très fréquent chez le jeune enfant, qui traduit le plus souvent une anxiété, une angoisse.

9 – Traumatismes divers
Pour toutes les autres situations, en particulier traumatismes (plaies, hémorragies, fractures, traumatismes divers…) :
Faire appel aux services de secours
En attendant leur arrivée :
– éviter toute mobilisation, tout mouvement du membre ou de l’articulation lésé ;
– isoler l’adulte ou l’enfant et le rassurer ;
– couvrir et surveiller l’adulte ou l’enfant ;
– en cas de plaie qui saigne ou d’hémorragie, mettre un pansement serré (sauf en cas de présence d’un corps étranger) ;
– en cas de fracture, ne pas déplacer, immobiliser le membre ou l’articulation avec une écharpe par exemple.

Si la situation le permet, lorsque la gravité de l’état d’un enfant ou d’un adulte impose de faire appel aux services de secours, prévenir le directeur d’école ou le chef d’établissement.

 

          PPMS attentat-intrusion  (extraits)

Mise à jour octobre 2017

           Introduction

Le PPMS attentat-intrusion est un « plan ». Il est destiné à la fois à l’école ou à l’établissement scolaire et aux forces de sécurité qui devraient intervenir en cas d’attentat, d’intrusion malveillante ou de toute autre forme d’attaque menaçant directement ou indirectement la sécurité des personnes présentes sur le site.

 Pour l’école ou l’établissement scolaire, le PPMS permet d’avoir réfléchi aux réactions à avoir dans ces situations de crise, en fonction des particularités de chaque établissement d’enseignement. Cette réflexion et les tests que constituent les exercices aident à acquérir progressivement des réflexes permettant de réagir de façon immédiate en mettant en œuvre des comportements qui auront été prédéfinis.

Il s’agit d’anticiper pour disposer, en temps voulu, des modes opératoires et des réflexes permettant de pallier l’effet de sidération.

Le PPMS est donc le résultat d’une réflexion collective, menée dans la phase de son élaboration et lors des exercices qui permettent d’en valider la pertinence, et un recueil de règles à observer en situation de crise.

 Pour les forces de l’ordre qui ont ce PPMS à leur disposition, le document doit permettre d’appréhender les caractéristiques de l’établissement scolaire (personnes présentes sur le site et infrastructures) et la procédure mise en œuvre en situation de crise. Le PPMS doit être accompagné des plans de l’école ou de l’établissement. En effet, connaitre ces données et disposer des plans facilite l’intervention des forces de sécurité.

Il est un mode d’emploi aussi simple que possible, connu et maîtrisé par tous. Chaque membre de la communauté éducative sait précisément ce qu’il doit faire en situation de crise. Il est présenté au conseil d’école ou au conseil d’administration.

Le directeur d’école ou le chef d’établissement transmet le PPMS attentat-intrusion à l’IA-Dasen de son département accompagné, dans la mesure du possible, des plans de l’école ou de l’établissement scolaire. L’IA-Dasen se charge de les adresser à la préfecture ou aux forces de l’ordre. Lorsque les plans sont mis à jour, le directeur de l’école ou le chef d’établissement les transmet à l’IA-Dasen.

 

  1. Description de l’école ou de l’établissement scolaire

Ces données sont actualisées tous les ans. Elles doivent comprendre plusieurs natures d’informations.

. Localisation de l’école ou de l’établissement :

 Adresse principale

 Adresse des autres accès donnant sur la voie publique

 Nom du responsable de l’école ou de l’établissement

 Nos de téléphone permettant aux services académiques et aux services de sécurité de joindre l’école ou l’établissement

EEPU Albert Camus – 11, rue M. Berthelot

44600 Saint-Nazaire

 

Directeur : Michel Gouon

 

Tél. : 02 40 53 44 85 – 06 88 38 56 42

Description rapide du site :

 École ou établissement faisant partie d’un groupe scolaire

 Nombre de bâtiments

 dont nombre d’étages et affectation des locaux

 Espaces ouverts

 Circulations intérieures

 dont véhicules et piétons

(…)

(joindre éventuellement un schéma sommaire / un plan d’évacuation incendie)

-École située dans un groupe scolaire (maternelle + élémentaire)

-2 bâtiments avec un étage

-Les classes sont situées à l’étage

-2 classes de maternelle accueillies dans le bâtiment élémentaire 2, en rez-de-chaussée

-1 plateau sportif

-1 parking enseignant

-Circulation intérieure par couloirs et escaliers

-Plan évacuation incendie joint en annexe

Effectifs des élèves :

 Effectifs globaux

 Effectifs par classe

 Effectifs par année de naissance

 dont élèves en situation de handicap

(…)

131 élèves

 

CP1 : 11 ; CP2 : 11 ; CE1 : 23 ; CE1-CE2 : 21 ; CE2 : 24 ;

CM1 : 19 ; CM2 : 22

Effectifs des personnels :

 Effectifs globaux

 Personnels de direction

 Personnels enseignants

 Personnels administratifs et techniques (État et collectivités locales)

 Personnels de santé

(…)

-8 enseignants permanents + 2 enseignants à  ¼ de temps

-2 enseignantes Rased à temps partiel

-2 EVSH + 1 éducatrice spécialisée à temps partiel

-2 volontaires SCU

-1 gardienne (partagée avec le groupe scolaire Jules Ferry)

  1. Les liens avec l’extérieur

FRÉQUENCE radio locale conventionnée par le préfet : FRÉQUENCE France Bleu Loire Océan : 88,1hz

 (à compléter)

Numéro d’urgence du rectorat : 02 51 81 68 22

Numéro d’appel de la cellule de crise académique :

Numéro d’appel de la cellule de crise départementale :

Numéro d’appel de la préfecture : 02 40 41 20 20

Numéro d’appel de la DSDEN 02 51 81 68 60
Numéro d’appel de l’IEN 02 51 76 51 80
Numéro d’appel du commissariat de police

ou de la brigade de gendarmerie (17 à privilégier

en toutes circonstances)

 

17

 

– Adresse twitter de l’académie : @acnantes

– Site de la DSDEN : www.ia44.ac-nantes.fr/

Le PPMS attentat intrusion est consultable sur le blog de l’école.

 Déclencher l’alarme

Il faut avoir préalablement défini qui déclenche l’alarme. La réponse dépend notamment du dispositif qui a été retenu en fonction des caractéristiques de l’école ou de l’établissement scolaire.

Il peut arriver qu’une situation potentiellement dangereuse (ex. attentat se déroulant à l’extérieur de l’établissement) ne se traduise pas par le déclenchement de l’alarme attentat-intrusion. Dans cette hypothèse, le PPMS peut éventuellement avoir prévu les modalités d’alerte et de transmission des consignes.

Situations d’alerte Alarme déclenchée Personne(s) responsable(s) du déclenchement
Attentat ou attaque se déroulant au sein de l’établissement -Sifflets*  à l’intérieur des bâtiments et sur les cours de récréation

-Téléphones portables et/ou terminaux du visiophone entre les bâtiments

Directeur ou membre du personnel témoin de l’attentat
Attentat se déroulant à l’extérieur et à proximité de l’établissement -Sifflets* Directeur ou membre du personnel témoin de l’attentat

 *Sifflets : dans l’attente d’un système plus efficace à installer par la Ville (en cours de réflexion).

  1. Alerter

4.1 Quel numéro appeler ?

– D’abord :

17 ou 112 ou 114 (114 = par SMS, en cas d’impossibilité de parler)

– Ensuite, n° d’urgence du rectorat : 02 51 81 68 22

4.2 Qui donne l’alerte aux forces de l’ordre ?

Le PPMS attentat-intrusion répertorie ici la ou les personnes désignées, en principe, pour appeler les forces de l’ordre sachant :

Ø que la personne normalement désignée peut être dans l’incapacité de donner l’alerte ;

Ø que l’alerte est donnée par celui qui est en mesure de le faire ;

Ø qu’il ne faut pas imaginer que quelqu’un d’autre a déjà donné l’alerte : mieux vaut plusieurs appels qu’aucun appel.

 

Origine du danger

 

Personnes prioritairement désignées pour donner l’alerte
En cas d’attentat ou d’attaque au sein de l’école ou de l’établissement scolaire Directeur ou enseignante désignée pour faire fonction en son absence
En cas de sac abandonné ou d’objet suspect

 

Directeur ou enseignante désignée pour faire fonction en son absence
En cas de comportement suspect

 

Directeur ou enseignante désignée pour faire fonction en son absence

NB : Informations à donner lors d’un appel au 17 ou au 112

Toute personne qui appelle les forces de l’ordre doit essayer de donner les informations essentielles répondant à trois questions :

Où a lieu l’attaque ?

Localiser l’attaque à identification de l’école ou de l’établissement et adresse exacte + si possible, emplacement des assaillants sur le site.

Qu’est-ce qui se passe ?

Décrire l’attaque à mode opératoire, nombre d’assaillants, victimes.

Quelle a été la réaction ?

Donner le positionnement des élèves et des personnels.

  1. Réagir en cas d’attaque à l’intérieur de l’école ou de l’établissement scolaire

Lorsque l’événement se déroule dans l’enceinte de l’établissement ou de l’école, il faut :

– d’abord mettre en sécurité les personnes présentes sur le site et déclencher l’alarme pour alerter en interne,

– ensuite alerter les forces de l’ordre en appelant le 17 ou le 112 ou le 114.

Le PPMS attentat-intrusion doit envisager deux scénarios auxquels les exercices permettent de se familiariser

– s’échapper,

– s’enfermer (solution préconisée par les forces de police locales).

Lors de la préparation d’un exercice ou lors du retour d’expérience, le PPMS peut évoluer pour prendre en compte les difficultés rencontrées ou les oublis constatés.

5.1 S’échapper

« Condition 1

  • Être certain que vous avez identifié la localisation exacte du danger.

Condition 2

  • Être certain de pouvoir vous échapper sans risque avec les élèves.

Dans tous les cas :

  • Rester calme.
  • Prendre la sortie la moins exposée et la plus proche.
  • Utiliser un itinéraire connu.
  • Demander le silence absolu ».

-En cas d’évacuation, et dans la mesure du possible, l’adulte responsable d’une classe aura emporté le cahier d’appel et les trousses de secours (PAI et PAI simplifiés).

 Le PPMS définit salle par salle (sans oublier le CDI, les salles de repos, les réfectoires et les gymnases, par exemple) l’itinéraire et la sortie à emprunter.

Identification

de la salle de classe et des autres lieux

Localisation

(bâtiment, étage, occupants)

Adulte responsable de l’évacuation (fonction ou nom) Itinéraire de fuite Sortie Lieu de repli

 

-CP1 – salle 7

-CP2 –  salle 8

-CE1 – salle 9

-Salle informatique  6

-MS-GS – salle 5

-MS-GS – salle 4

-Maître + – salle 1

-BCD – salle 2

– Rased – salle 3

-CE1-CE2 – salle8

-CE2 – salle 7

-CM1 – salle 6

-CM2 – salle 5

-Bât. 2, étage

-Bât. 2, étage

-Bât. 2, étage

-Bât. 2, étage

-Bât. 2, RDC

-Bât. 2, RDC

-Bât. 2, RDC

-Bât. 2, RDC

-Bât. 2, RDC

-Bât. 1, étage

-Bât. 1, étage

-Bât. 1, étage

-Bât. 1, étage

-C. Chochard

-V. Feuvrais/J. Galisson

-J. Bourdon

-A.Chotard/B. Porcher

-C. Clouteau

-S. Audiger

-V. Vauchelet

-A.Chotard/B. Porcher

-F. Watel/C. Carion

-C. Wiame

-C. Michaut

-G. Yazid

-M. Gouon/M. Guihéneuf

Idem plan évacuation incendie

(annexe)

Par les portails de la rue Berthelot ou par dessus le grillage du boulevard Laënnec, selon circonstan-

ces

Maison de quartier ou bois d’Avalix (le lundi matin, quand la maison de quartier est fermée)

5.2 S’enfermer

Trois hypothèses doivent être envisagées :

  • les élèves sont dans des classes où il est possible de s’enfermer ;
  • les élèves sont dans des classes où il est dangereux de s’enfermer (exemple, rez-de-chaussée avec baies, absence de portes, etc.) ;
  •  les élèves sont à l’extérieur : récréation, cantine, mais aussi intercours.

« Situation 1 : les élèves sont dans des classes prévues pour le confinement

  • Rester dans la classe.
  • Verrouiller la porte.

Situation 2 : les élèves doivent quitter leur classe ou sont à l’extérieur

  • Rejoindre les locaux pré-identifiés les plus sûrs.

Dans tous les cas :

  • Se barricader au moyen du mobilier identifié auparavant.
  • Éteindre les lumières.
  • S’éloigner des murs, portes et fenêtres.
  • S’allonger au sol derrière plusieurs obstacles solides.
  • Faire respecter le silence absolu (portables en mode silence, sans vibreur).
  • Rester proche des personnes manifestant un stress et les rassurer.
  • Attendre l’intervention des forces de l’ordre. »

Le PPMS définit salle par salle (sans oublier le CDI, les salles de repos, les réfectoires et les gymnases, par exemple) les actions à effectuer et les personnes chargées de leur exécution.

Identification

de la salle de classe et des autres lieux

Localisation

(bâtiment, étage, occupants)

Personnes chargées d’une ou plusieurs actions prédéfinies Postures à adopter Actions à effectuer Mobilier et autre dispositif permettant de se barricader
-CP1 – salle 4

-CP2 –  salle 5

-CE1 – salle 6

-Salle informatique  3

-MS-GS – salle 7

-MS-GS – salle 6

-Maître + – salle 3

-BCD – salle 4

– Rased – salle 5

-CE1-CE2 – salle7

-CE2 – salle 8

-CM1 – salle 10

-CM2 – salle 11

-Cours de          

récréation

 

-Plateau EPS  

-Bât. 2, étage

-Bât. 2, étage

-Bât. 2, étage

-Bât. 2, étage

-Bât. 2, RDC

-Bât. 2, RDC

-Bât. 2, RDC

-Bât. 2, RDC

-Bât. 2, RDC

-Bât. 1, étage

-Bât. 1, étage

-Bât. 1, étage

-Bât. 1, étage

-Locaux  du périscolaire ou

garage à vélo

-Restaurant

 scolaire

-C. Chochard

-V. Feuvrais/J. Galisson

-J. Bourdon

-A.Chotard/B. Porcher

-C. Clouteau

-S. Audiger

-V. Vauchelet

-A.Chotard/B. Porcher

-F. Watel/C. Carion

-C. Wiame

-C. Michaut

-G. Yazid

-M. Gouon/M. Guihéneuf

-Enseignants de service

 -Enseignant de la classe

 (Avec la participation des autres personnels et des élèves)

-Faire silence

-Rester calme

-Élèves : respecter les consignes des adultes

-Adultes : alerter la police

-S’éloigner des portes, des murs et des fenêtres

-Disposer les tables d’élèves « en bouclier » et se cacher derrière et/ou se réfugier sous les grandes tables de fond de classe, selon configuration des salles

-Fermer les portes à clé

-Bloquer les issues avec le mobilier

-Tirer les rideaux

-Éteindre les éclairages

-Couper les sonneries de téléphones portables et fixes

-Couper les terminaux du visiophone une fois l’alerte lancée

-Bureaux des enseignants

-Tables des élèves

-Armoires et autres meubles

-Tables du restaurant scolaire

Ressources : les salles de confinement possibles étant multiples, seul le matériel présent en permanence dans ces salles sera à disposition, la ville n’étant pas en mesure de fournir des malles de confinement sur l’ensemble des locaux.

 5.3 Faire un état de la situation

Recensement des élèves en cas d’alerte : il est effectué par chaque adulte en charge d’un groupe au déclenchement de l’alerte ou dès que possible après la mise en sécurité.

Dans la mesure du possible, chaque responsable essaiera de faire parvenir un point de la situation au directeur par SMS, indiquant son lieu de confinement et toutes informations utiles concernant les élèves, la mise en sécurité, etc., le directeur étant susceptible d’être contacté par les forces de l’ordre.

 

  1. Réagir en cas d’attaque à l’extérieur et à proximité de l’école ou de l’établissement scolaire

Si l’établissement est alerté d’une action terroriste se déroulant à proximité ou s’il est inclus dans un périmètre de sécurité, il faut à priori isoler le site de l’école ou de l’établissement scolaire de son environnement et différer toute sortie.

Selon les directives reçues, il convient alternativement :

– de vérifier la fermeture de  toutes les entrées et de continuer les activités en cours, sans exposition vis-à-vis de l’extérieur ;

– de regrouper les élèves à l’intérieur de lieux prédéfinis (lieux de confinement) ;

– de se conformer aux instructions, en cas d’évacuation des lieux ordonnée par la préfecture ;

– dans tous les cas, de faire en sorte que les élèves se trouvant à l’extérieur de l’établissement (sorties, piscine, etc.) restent sur le lieu de l’activité extérieure ou rejoignent les lieux désignés par les services préfectoraux.

  1. Réagir en cas d’alerte à la bombe ou de découverte d’un objet suspect

 Éloigner les élèves en les confinant, si nécessaire, dans un espace fermé situé à distance.

 Ne jamais manipuler ou déplacer l’objet suspect

 Appeler la police ou la gendarmerie (17) en précisant, autant que possible, la nature de l’engin ou l’aspect de l’objet, le lieu précis de découverte et les coordonnées de la personne à contacter

 Établir un premier périmètre de sécurité dans l’attente de l’arrivée des services de police ou de gendarmerie.

-En cas d’alerte à la bombe ou de découverte d’un objet suspect, l’éloignement ou le confinement sont décidés par le directeur ou par l’enseignante faisant fonction en son absence.

-Les forces de l’ordre sont alertées par le directeur ou toute personne par lui désignée.

-Le périmètre de sécurité est établi par le directeur (ou par l’enseignante faisant fonction en son absence) qui veille à son respect en attendant les services de sécurité.

-En cas d’évacuation, et dans la mesure du possible, l’adulte responsable d’une classe aura emporté le cahier d’appel et les trousses de secours (PAI et PAI simplifiés).

  1. Lever l’alerte

Le PPMS doit prévoir selon quelles modalités les élèves et les personnels sont informés de la fin de l’attaque : dispositif sonore, information donnée de vive voix par un personnel de l’école ou de l’établissement scolaire.

En matière de communication, seul le rectorat définit la conduite à tenir.

Le lever d’alerte est donné par les forces de l’ordre et relayé de vive voix par le directeur ou par l’enseignante faisant fonction.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CIRCUITS D’ÉVACUATION

 

 

 

 

Annexe 2

Bâtiment élémentaire 1  RDC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annexe 3

 

Bâtiment élémentaire 1  Étage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annexe 4

Bâtiment élémentaire 2  RDC

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Annexe 5

Bâtiment élémentaire 2  Étage

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.