Sortie au musée des déportés de la Mayenne

En arrivant au musée, nous avons posé nos sacs de pique-nique, rangé nos manteaux, puis nous avons fait 2 groupes.

Dans le premier groupe, nous avons vu des objets et des images de la seconde guerre mondiale. Sur « l’occupation Allemande », nous avons vu : un casque allemand, la croix gammée et des photos sur des bâtiments envahis par les Allemands. Pour les résistants : un brassard avec le drapeau français et la croix de Lorraine, le dessin d’Hitler transformé en quatre cochons, des photos de résistants et de juifs, une carte d’identité de juif et une vidéo sur les tickets de rationnement.

Le deuxième groupe visitait le musée : il y avait une carte sur l’Allemagne avec les camps de concentration qui s’y trouvaient. Et le nombre de déportés (résitants , juifs , etc…). Puis nous sommes allés dans une pièce qui montrait se qui se passait dans les camps de concentration. Les allemands jouait, avec des motos pendant que les déportés travaillaient. Il y avait des vêtements que portaient les déportés. Dessus il y avait des numéros et des triangles de couleur pour savoir si ils étaient juifs, résistants, etc… Il y avait une mallette de docteur. Il avait des gens qui échangeait leur repas contre une cigarette. Sur les murs de la pièce, il avait des fresques peintes. Le premier dessin était des déportés collés les uns aux autres dans leur dortoir. Le deuxième dessin était une inscription en allemand qui était inscrit à l’entrée du camp d’Auschwitz . C’était écrit :<<Arbeit macht frei>> qui signifie: « Le travail rend libre ». Le troisième dessin représentait des déportés qui étaient en colonne pour que les Allemands puissent les compter.

Nous sommes allés dans la pièce d’à côté, où, sur les murs, il y avait des photos et des noms des déportés de la Mayenne. Le plus jeune avait 2 ans, il s’appelait Léon. Il y avait une statue qui représentait un déporté. Il était chauve et maigre.

Après nous sommes allés prendre notre pique-nique.

Puis nous sommes allés faire une visite de Mayenne. Nous sommes passés devant un ancien restaurant où, à l’époque, y travaillaient 4 résistants dont 1 qui habitait au dessus du restaurant. Au dessus de la porte, il y avait une plaque. Le directeur du restaurant s’appelait François Chemin. Les 4 résistants s’appelait : Chemin François, Derouet Paul, Peignaud Joseph et Sindic Charles. Ils ont été fusillés par les Allemands en Mars 1942. Les Alliés ont bombardé les gares et les ponts pour ralentir, gêner et freiner les Allemands. Le bombardement de Mayenne a eu lieu le 9 juin 1944. Le Viaduc et le pont ont été détruit. Le 6 août 1944, la ville à été libérée. Le soldat Mac Racken s’est sacrifié pour sauver le pont, c’est pourquoi le pont a aujourd’hui son nom pour lui rendre hommage.

Article écrit par Léonie, Théo et Enora

Publié dans ACCUEIL | Laisser un commentaire

Protégé : Yves-Marie Clément

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans ACCUEIL, Nos projets | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

« Noël en Martinique » par Thibaud, Lucas H., Nathan et Enora.

Dès le début du mois de décembre, on se réunit, dès le coucher du soleil, avec des amis, en familles et les voisins pour chanter des chansons anciennes (cantiques).

Comme il n’y a pas de cheminée, le Père Noël arrive en descendant d’un cocotier, en moto, en bateau ou parfois en cheval.

comme il n’y a pas de sapin, ils prennent une branche de l’arbre filao ou des sapins en plastique.

Au réveillon de Noël, ils mangent du boudin de créole, des accras, du jambon de Noël, de l’igname, du riz, des pâtés salés, des pois d’angole et un ragoût de porc.

En décembre, comme il fait beau, il y a beaucoup de mariages.

Publié dans "Noël ailleurs" | Laisser un commentaire

« Noël en Russie » par Salomé, Nolan G. et Isalys

Grand-Père Gel dépose les cadeaux sous le sapin dans la nuit du 31 décembre.

Le sapin est, tous les ans, décoré d’une araignée pour représenter la légende. Une légende ukrainienne  raconte qu’il y a bien longtemps vivait une famille si pauvre qu’elle n’avait rien pour décorer son sapin. Les araignées de la maison, touchées par les plaintes des enfants, tissèrent leur toile tout autour de l’arbre. Les rayons du soleil se reflétant dans les fils, le sapin parut alors recouvert d’or. 

Le nouvel an du 1er janvier se fête en famille autour des cadeaux. En Russie, Noël se fête le 7 janvier.

Au repas de Noël, on mange des zakouskis, de la salade Olivier, de l’oie farcie et en dessert le kutya. Le zakouski, c’est des petits fours chauds ou froids. Le kutya, c’est un mélange de céréales, de miel et de graines de pavot.

Publié dans "Noël ailleurs" | Laisser un commentaire

« Noël en Australie » par Lila, Noah et Guénolé.

Les décorations sont un assemblage de faune et de flore. Les sapins en plastique sont recouverts de fleurs rouges des flamboyants, de roses de bougainvillées et de feuilles de palmiers. D’énormes animaux comme le koala côtoient dans les vitrines le Père Noël et ses rennes.

Quelques jours avant Noël, a lieu le Christmas Pageant. C’est une sorte de carnaval de Noël. 

Le début des grandes vacances en Australie débute le 15 décembre. C’est Noël au soleil pour ces habitants de l’hémisphère sud.

Il n’y a pas de réveillon le soir du 24, mais un pique-nique sur la plage, le 25.

Le Père Noël peut arriver en hélicoptère, à dos de kangourou, en bateau… mais le plus souvent, c’est en surf !

Il y a un concours de surf où les participants sont déguisés en Père Noël.

 

Publié dans "Noël ailleurs" | Laisser un commentaire

« Noël à Madagascar » par Léonie, Lucas T. et Nolan F.

Madagascar est une île pauvre où les habitants ne peuvent pas acheter de sapin. Ils les remplacent par des jacarandas : ce sont des grands arbres à fleurs mauves en clochettes.

Le soir du réveillon de Noël, le 24 décembre, les familles se retrouvent à l’église pour chanter des gospels africains et des cantiques de Noël français. Ils peuvent chanter jusqu’à 2 ou 3h du matin.

a Madagascar, il est de tradition de porter des habits neufs pour la messe du 24 décembre et la fête qui suit.

Le repas du réveillon se fait à la lueur des bougies. Le vary, plat de riz très épicé, est servi, avec parfois des poissons grillés ou des fruits de mer pour les plus riches. Pour accompagner le riz, on sert un bouillon de brèdes, sorte de feuilles d’épinard. L’un des plats traditionnels des grandes fêtes est la dinde aux porc, où chacun des membres de la famille doit manger une partie bien précise de la volaille. En dessert, on trouve souvent une bûche à la vanille de Madagascar (une des meilleures du monde), mais aussi des litchis, mangues et goyaves.

Les enfants offrent aux familles des petits spectacles : pièces de théâtre, poèmes, chansons, sketchs…

La fête se termine par l’arrivée de Dadabe Noely, le Père Noël en habit léger car il faut très chaud. Il offre bonbons et koba ravina : ce sont des biscuits de farine de riz au sucre roux et pistaches pilées, enveloppées dans des feuilles de bananes.

Publié dans "Noël ailleurs" | Laisser un commentaire

« Noël en Belgique » par Justine, Gaël et Adèle.

Saint-Nicolas dépose les cadeaux le 6 décembre pour les enfants sages. Le Père Fouettard punit les enfants qui désobéissent.

A noël, les Belges mangent de la dinde, de l’oie, des boukètes, du boudin de noël appelé « tripes à l’djotte » et des cougnous.

Les enfants déposent leurs pantoufles près de la cheminée et des carottes pour l’âne de Saint-Nicolas. Dans certaines régions, ce n’est pas Saint-Nicolas qui apporte les jouets mais Saint-Martin. Ils reçoivent beaucoup de friandises de chocolat et des spéculoos.

Publié dans "Noël ailleurs" | Laisser un commentaire

« Noël en Espagne » par Lola, Léa, Timéo et Inès.

Joyeux Noël se dit « Feliz Navidad ».

Les fêtes de noël espagnoles commencent à la mi-décembre et se terminent le 6 janvier, pour « le jour des rois ».

Ce sont traditionnellement les Rois Mages qui apportent les cadeaux aux enfants à l’aube du 6 janvier, jour férié en Espagne.

Il y a donc 3 réveillons de fêtes. Le premier dîner de fêtes est familial : c’est la Noche buena du 24 décembre au soir.

Les traditions culinaires varient d’une province à l’autre mais le plat principal est souvent une dinde ou un ragoût de chevreau. A cette époque, on peut déguster un grand nombre de friandises mais la star incontestée est le « turron » (nougat).

 

Publié dans Nos exposés d'élèves | Laisser un commentaire

Protégé : Séance théâtre du 07 décembre (1)

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans Nos projets | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.

Protégé : Séance théâtre du 07 décembre (2)

Cette publication est protégée par un mot de passe. Pour la voir, veuillez saisir votre mot de passe ci-dessous :

Publié dans ACCUEIL | Saisissez votre mot de passe pour accéder aux commentaires.