La vie quotidienne des prisonniers allemands à Cholet

Les prisonniers de guerre de Cholet sont logés au Carmel, rue Pasteur à l’écart de Cholet surveillés pas des gardes : c’est un ancien couvent. 

Les prisonniers ont des quantités limitées de nourriture  : 600 gr de pain par jour, 610 gr de viande par semaine, 1200 gr de légumes et fromages par jour, 8 gr de café par jour et 7 gr de sucre par jour. Ils sont dans des chambres bien équipées (lit, édredon, des objets pour l’hygiène, …). Les prisonniers sont blanchis et soignés s’ils sont malades.

Ils peuvent circuler dans la ville, de 7 heures  à 20 heures avec l’interdiction d’utiliser des voitures, des bicyclettes, d’éviter tout rassemblement et d’approcher la gare.

Les détenus peuvent travailler pour gagner de l’argent de poche. Ils sont rémunérés 20 centimes de la journée. L’argent sert pour payer leur chauffage et pour améliorer leurs quotidien.Les prisonniers peuvent envoyer des lettres ou des journaux mais ils ne doivent pas évoquer la guerre ou les aspects se rapportant avec la guerre.

Ils ont prêté le serment de ne pas s’évader, pour des mesures de sécurité ils doivent toujours porter leurs cartes d’identité avec leurs photos. Ils sont obligés de retourner dans leurs logements en cas d’alerte.

S’ils devaient s’enfuir, ils seraient arrêtés par les gardes étant donné la forte surveillance mais malgré tout une tentative d’évasion a réussi.

Conclusion : En étant prisonnier, ils possèdent plus de confort que leurs compatriotes qui combattent sur le front. Les prisonniers allemands à Cholet sont bien nourris, leur logement est correct et ils ont beaucoup de liberté pour des captifs. Les soldats qui combattent peuvent mourir de faim, de soif, de maladie, suite à des blessures ou tués par des ennemis contrairement à leurs camarades détenus qui peuvent vivre presque normalement, sans crainte  de mourir, ils sont loin de la guerre, protégés. Ils sont surveillés par des gardes armés.

 

Marion A., Elissa, Marion S., classe de 4ème B

Patrick, Perrine et Flavien, classe de 4ème C

Clémence, Elina, Héloïse, Sarah, classe de 4éme C.

 

 

 

Ce contenu a été publié dans Côtoyer l'ennemi à Cholet pendant la Grande Guerre, Vivre à Cholet pendant la Première Guerre Mondiale, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *