Mon ancêtre dans la guerre : Henri Joseph Bregeon

C’était mon arrière arrière grand-père.

Avant la guerre :

Henri Brégeon est né le 12 Mai 1894 à Yvernay dans le canton de Cholet (département du  Maine-et-Loire). Il habitait à Yvernay. Ses parents s’appelaient Alexis Jean Bregeon et Augustine Chupin. Sa profession était limonadier. Il était domicilié à Yvernay. Il avait les cheveux blond , les yeux bleus , le front découvert et le nez moyen. Il mesurait 1m65. Son numéro de matricule était 808.

Pendant la guerre :

Henri Brégeon a été incorporé au 114ème Régiment d’infanterie puis au 32ème RI, au 24ème RI et au 39ème RI durant l’année 1915.  Il a été fait prisonnier le 23 Juin 1916 à Fleury : c’est à proximité de Verdun. Il a  été rapatrié le 21 Janvier 1919 .

Après la guerre :

Il s’est marié à Marie Bochereau et a eu des enfants. Il a habité à Cholet puis à Angers.  Il est décédé en 1976 à Cholet.

Mon ancêtre et moi :

Je ne connaissais pas cette histoire et mon sentiment est l’admiration . Sa famille a du s’inquiéter pendant la longue période où il était prisonnier.

Janelle T. 6ème F

 

 

 

Publié dans Mémoires familiales, mémoire nationale, Mon ancêtre dans la guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

Le Club Olympique Choletais pendant la guerre

Des matchs de football se déroulent à Cholet pendant toute la guerre. (Voir articles écrits par les élèves). Sur cette photo très nette qui date peut-être de 1917, on aperçoit des spectateurs, des  militaires au pied des tribunes. Il reste à identifier les footballeurs….

J’ai quelques pistes pour trois d’entre-eux. Toute aide est la bienvenue !

Sylvie Bossy-Guérin

Le Club Olympique Cholet. 1917 ?
Droits réservés Archives Municipales de Cholet
Publié dans Avis de recherche, Le football, Le sport et la grande Guerre | Laisser un commentaire

Une nouvelle photo du Club Olympique Choletais !

Equipe du Club Olympique Choletais dec.1913. Droits réservés A.MC.

Les archives municipales de Cholet ont reçu dernièrement un fonds photographique avec quelques photos de footballeurs du Club Olympique Choletais !

De droite à gauche se trouvent :

Victor Simon, Auguste Coutant, Auguste Quintin, Marcel Brien, Adolphe Lespert, Louis Fabre, Camille Brégeon, Marcel Faligand, Pierre Blouen, Auguste Sibileau et Raoul Brun.

Quatre d’entre-eux ne reviennent pas de la guerre : Louis Fabre, Auguste Sibileau, Marcel Brien et Pierre Blouen. L’identité de l’homme au chapeau reste à trouver.

Si vous le reconnaissez ou si l’un de ses footballeurs est de votre famille, contactez-moi via un commentaire.

Un merci tout spécial aux Archives municipales de Cholet qui m’accordent le droit d’utiliser ces photos.

Sylvie Bossy-Guérin

 

 

 

Publié dans Le football, Le sport et la grande Guerre | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

La République protège les orphelins.

La loi du 27 Juillet 1917 met en place des aides notamment financières pour les orphelins de guerre. La Nation « adopte » les orphelins de guerre. Elle ne remplace pas la famille mais apporte un soutien. La Nation a une dette vis-à- vis de ces enfants, elle vient en aide aux mères qui se trouvent seules et dont le mari est mort pour la Patrie.

 

Carte d'identité d'une pupille de la Nation. A.M.Cholet

Sur la carte d’identité, on peut voir Marianne, symbole de la République, qui se met à la hauteur de deux enfants et leur tend ses bras ce qui montre la tendresse qu’elle a envers eux. Elle les accueille et va les protéger. Sa présence sur cette image montre que cette loi est pour tous les enfants orphelins qui ont perdu leurs pères lors de la guerre qu’ils soient riches ou pauvres. En haut de l’illustration il y a un homme allongé comme dans une tombe, sûrement la représentation du père mort au combat.

Un article paru dans l’Intérêt Public de Cholet annonce que la Fraternité Franco-Américaine va mettre en relation des bienfaiteurs américains et des orphelins de guerre. Les conditions sont que :

  • le père doit être mort à la guerre.
  • l’enfant doit être élevé dans la famille.
  • L’enfant doit être âgé de moins de 13 ans.
  • L’association prend en compte la moralité de la mère (qualité essentielle).
  • l’enfant ne doit pas être aidé par une autre œuvre similaire.

A Cholet, la Fraternité Franco-américaine propose son aide à René Le Névé qui remplit les conditions : c’est un jeune orphelin dont le père Joseph est mort dans la Marne en 1915. Celui qui propose de lui apporter son aide s’appelle James Codding et habite au 299 Broadway à New-York. On ne sait pas s’il y a eu des échanges entre eux deux par la suite.

Ecrit de synthèse des élèves de 3ème D et 3ème E après une séance d’étude de documents en salle informatique.

 

Publié dans Orphelins de guerre | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Des footballeurs à reconnaître …

 

Footballeurs à identifier

Cinq avants, trois demis, deux arrières qui encadrent le gardien de but mais qui sont ces footballeurs ?

Ils s’entraînaient probablement au stade du vélodrome de l’Oisillonnette à Cholet. Cette photo des Archives municipales de Cholet n’a aucune annotation. Si vous reconnaissez l’un de ces joueurs ou la tenue de l’équipe,merci de m’envoyez un message  via le site. N’hésitez-pas à cliquer sur la photo !

Mme Bossy-Guérin

Publié dans Avis de recherche, Le football | Laisser un commentaire

Raymond Peneau , fils de Joseph, orphelin de guerre.

Joseph Marie Aimé Peneau est né le 12 mars 1880 à Nuaillé dans le Maine-et-Loire. C’est le fils de Auguste Jean Peneau et de Clémence Bizon. C’est un soldat appartenant au 77ème Régiment d’Infanterie.

Il habitait  au boulevard Jeanne d’Arc à Cholet et était  domestique, il est marié avec Rose Victoire Rondeau  et ils ont un fils nommé Raymond  Peneau. Son matricule est le 972 et il a été recruté à Cholet. Il est mort pour la France le 28 octobre 1914 en Belgique à Zonnebeck. Il est tué par l’ennemi.

Il a eu plusieurs distinctions comme la Croix de Guerre et une Étoile de Bronze.

 

Joseph Peneau

Son fils, Raymond Joseph Eugène Julien PENEAU, est né à Cholet, dans le Maine-et-Loire, le 18 août 1909. Lors de sa naissance, son père, Joseph PENEAU, avait 29 ans et était domestique. Sa mère Rose RONDEAU, avait 24 ans et était femme au foyer. Suite à la mort de son père, alors soldat, décédé en 1914 lors de la première guerre mondiale, il fut adopté par l’Etat à l’âge de 10 ans et obtint le statut de pupille de la nation. Plus tard, en 1933, il se maria avec Marie Thérèse Henriette Germaine TRIQUET. Il décéda le 6 février 2011, à l’âge de 102 ans.

Raymond Peneau avec la montre de son père. 1982

 

Plusieurs actions sociales ont été créées pour aider les orphelins comme Raymond.

De nombreuses initiatives furent prises en faveur des orphelins de guerre. Mais il y avait de nombreuses conditions pour recevoir des aides. Ces aides étaient des ventes de charité pour les couvents qui recevaient les orphelins, de l’argent qui venaient des timbres (ceux qui faisaient référence aux orphelins) ou d’autres aides économiques envoyés par les alliés Américains. Une journée nationale des orphelins avait aussi été organisée. La population était informée de cette journée par des grandes affiches, et les dons ou souscriptions revenaient au siège social. Enfin, les pupilles (orphelins adoptés par l’état) étaient aussi concernés : ils recevaient également ces aides.Il y a également des Américains qui sont venus en aide aux veuves françaises, afin de les aider à élever leurs enfants, comme leur père l’aurait fait. Aussi, les maires de chaque ville établissaient la liste des enfants de moins de 16 ans, vivant dans leur commune, afin qu’ils puissent être adoptés par la Nation, et obtiennent le statut de pupille. Leur mère bénéficiait d’une pension trimestrielle.

Kaëna, Donovan et Mario, élèves de 4ème B.

  1. Photo de Joseph et de Raymond Peneau transmise par Alex Deseyne. Merci !
  2. Merci aux élèves pour la qualité de leur travail.
  3. Si vous connaissez des descendants de Raymond Peneau, merci de nous contacter par un message.

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Découvrir les enfants, Découvrir les pères, Orphelins de guerre | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Nouveau Label National de la Mission du Centenaire

Le projet mené cette année avec les élèves  » Grandir dans l’ombre d’un héros disparu : orphelins de guerre, victimes civiles de la Première guerre mondiale » vient d’être labellisé Centenaire par la Mission du Centenaire de la Première guerre mondiale.

Ce label distingue  » Les projets les plus innovants et les plus structurants sur le territoire « .  C’est une fierté de recevoir une nouvelle fois cette distinction.

Merci à Nathalie Lucas aux Archives Municipales, à Aurélie et à Kelly pour l’accueil des élèves et le soutien constant à mes projets.

Sylvie Bossy-Guérin

Publié dans Orphelins de guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

Roland Rotureau, orphelin à un an

Roland Rotureau est né le 19 Juillet 1917 de Félix Victor Auguste, 27 ans,  cordonnier et de Marie Thérèse Joséphine Léontine Picot, 24 ans, brodeuse. Ils habitent au 60 rue Sadi Carnot. Le père Félix n’est pas présent lors de l’accouchement car il était à la guerre.

Les témoins à la déclaration de l’acte de naissance sont Marie-Louise Richard, 52 ans, journalière domiciliée à Cholet et Marie Legras, femme Caillaud, confectionneuse.

Félix Rotureau est mort le 24 août 1918 à l’hôpital mixte de Cholet d’une maladie imputanle au service. Roland avait un an.

Roland a été adopté par la nation le 30 décembre 1920.

Il est décédé le 6 février 1966 à Tillières.

Portrait réalisé par Lucas, Fabio, Lilian, Louis, Ophélia élèves de 3ème D.

Publié dans Découvrir les enfants, Orphelins de guerre | Marqué avec | Laisser un commentaire

Ernest Bonnesse, orphelin à quatre ans

Ernest BONNESSE est né le 15 Décembre 1912 à Cholet.

Ses parents sont Louis Henri BONNESSE, charpentier, âgé de 29 ans et de Ernestine Victoire BRUNET, dévideuse, âgée de 31 ans demeurant route de Saint- Christophe à Cholet.

Les témoins de la déclaration de naissance sont Jules BONNESSE, maçon âgé de 61 ans et Léon LERIN, coiffeur âgé de 26 ans, oncles de l’enfant.

Louis Henri BONNESSE est mort le 14 novembre 1916 à la côte du Poivre dans la Meuse.

Ernest a quatre ans. Il est adopté par la nation suivant le jugement du tribunal civil de Cholet le 9 mai 1919.

Il est décédé à  Cholet  le 18 juillet 1988.

Portrait réalisé par Hugo et  Pablo, élèves de 3ème D

Publié dans Découvrir les enfants, Non classé, Orphelins de guerre | Laisser un commentaire

Andréa Barenger, orpheline à sept ans

Andréa Barenger est née le 21 octobre 1908 mil neuf cent huit.

Son père s’appelait Aimé Aimable Barenger et avait 27 ans. Sa mère s’appelait Fernande Marie Rose Baron et avait 28 ans. Le père était menuisier et la mère était dévideuse. Ils habitaient rue de l’hôpital Saint-Julien à Cholet.

Les oncles de Andréa Fernande Barenger sont André Leton agé de trente-et-un ans et Alexis Aumont, les deux étaient tisserands. Ils étaient tous domiciliés à Cholet. Les oncles et le père ont signé l’acte de naissance.

Aimé Barenger est décédé le 15 février 1915 à Teurthe ( Meurthe-et-Moselle ), il est mort au combat. Andréa avait sept ans.

Elle est adoptée par la nation le douze juillet mille neuf cent dix huit.

Elle décède à Cholet le vingt huit janvier mil neuf cent quatre vingt onze.

Portrait réalisé par Amandine, Sarah, Lucie, Anaïs élèves de 3ème D.

Publié dans Découvrir les enfants, Orphelins de guerre | Marqué avec , | Laisser un commentaire