J’écris ton nom !

La minute de silenceLe 11 mai de cette année, nous sommes allés déposer une gerbe de fleurs avec les C.M.2 de Mr Allaire et les C.M.1 / C.M.2 de madame Boivin, sans oublier Madame Bellanger, dans la rue de l’Abbé Guéné qui est mort en déportation en 1944, il n’avait que 30 ans. Il est mort parce qu’il était trop patriotique pour les allemands et que c’était interdit. C’était la guerre. C’est sa maman qui habitait dans cette rue qui porte son nom. Mme Hamonou-Boiroux de la Mairie nous a expliqué que c’était important de nous rappeler la libération de La France le 8 mai 1945 en rendant hommage à cet homme. Elle nous a aussi raconté comment les français résistaient en mettant des messages dans les roues des vélos et qu’ils portaient de ferme en ferme ou encore dans des boîtes d’allumettes.

Il y avait des enfants qui posaient plein de questions. Ils ne comprenaient pas pourquoi personne ne savait et pourquoi personne ne se révoltait. Mme Hamonou-Boiroux nous a dit aussi qu’Internet n’existait pas comme aujourd’hui et que tous ceux qui n’étaient pas d’accord avec Hitler, étaient tués. On a fait une minute de silence et puis 16 élèves des trois classes ont lu chacun une strophe de ce magnifique poème de Paul Eluard. Une dame qui était là avait les larmes aux yeux après. Parce que si les allemands ne sont plus nos ennemis, nous devrons toujours défendre notre liberté quand nous serons grands. Mais aujourd’hui et aussi demain, même si je suis encore petit, je commence :

Sur mes cahiers d’écolier

Sur mon pupitre et les arbres

Sur le sable, sur la neige,

J’écris ton nom

Liberté

 

Ce contenu a été publié dans CE1, CE1-CE2, CE2, CE2-CM1, CM1-CM2, CM2, CP1, CP2, Ulis. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

1 réponse à J’écris ton nom !

  1. Joséphine & Maëline dit :

    Le moment le plus émouvant était quand il y’a eu une Minute De Silence et on trouve que le meilleur moment était celui de la poésie. Nous avons toutes deux récité un vers, et nous en sommes très fières.
    Une pensée pour tout les morts des guerres, en particulier ceux de la Deuxième Guerre Mondiale.
    Merci aussi à Madame Hamonou-Boiroux qui nous a tant appris sur l’Abbé Guéné.
    Au revoir,
    .Joséphine et Maëline.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *