Rencontre avec Ilya Green

Nous avons eu la chance de rencontrer une illustratrice et auteure de livres pour enfants : Ilya Green, à la bibliothèque des Sorinières. Nous avions préparé des questions, voici ses réponses.

  • Comment trouvez-vous vos idées pour illustrer un livre ?
  • Je trouve mes idées dans mes souvenirs d’enfance. Je note mes idées dans un carnet, des dessins, des textes…

 

  • Est-ce plus facile d’illustrer son propre livre où ceux des autres ?
  • Je trouve que c’est plus facile d’illustrer son propre livre, je peux inventer une histoire où je dessinerai ce que je veux. Se plonger dans l’univers d’une autre personne, c’est plus difficile mais c’est aussi très intéressant.

 

  • Combien de temps vous faut-il pour faire les illustrations d’un livre ?
  • Cela dépend du livre. C’est au moins 2 mois pour un livre d’environ 15 pages, un peu moins quand c’est un petit album pour bébés.

 

  • Pourquoi n’utilisez-vous pas toutes les couleurs dans vos livres ? Par exemple dans le livre « Nos beaux doudous », c’est plus du marron, du rouge et dans « Achille et la rivière », il y a beaucoup de vert sur certaines pages, d’autres beaucoup de gris, marron.
  • C’est vrai qu’il y a des teintes différentes d’un livre à l’autre. Ce qui est important c’est que les couleurs aillent bien avec le texte. Les couleurs donnent l’atmosphère. On peut faire ressortir un personnage principal avec des couleurs plus vives par exemple.

 

  • Qu’est-ce qui vous plait le plus dans ce métier ?
  • Ce qui me plait, c’est dessiner, j’aime dessiner depuis que je suis toute petite, c’est aussi d’inventer et j’apprécie de travailler à mon rythme. Je choisis mes horaires. J’aime bien cette liberté.

 

  • Est-ce que vous illustrez d’autres sortes de livres que des albums pour enfants ?
  • Oui, je fais de la presse, dans le magazine Pomme d’Api , j’illustre la rubrique « Petit Yoga ». J’aimerai bien illustrer des livres d’adultes.

 

  • Vos dessins, sont-ils faits à la peinture, aux feutres, aux pastels ?
  • Je travaille avec des feutres à deux mines et des crayons de couleur. Je fais beaucoup de découpages de papiers colorés, j’utilise toutes sortes de chutes de papiers, que je garde. Pour la presse, je dessine sur l’ordinateur.

 

  • Nous avons remarqué que l’on trouvait des personnages qui se ressemblaient beaucoup dans vos livres, ou des motifs identiques. 
  • Oui, c’est vrai. Je m’inspire des visages de ma famille, des personnes qui m’entourent. Je les fais bouger, j’ai tendance à reproduire les mêmes mouvements, les mêmes expressions. C’est ce qu’on appelle le style de l’illustrateur.

 

  • Quelles sont les étapes pour réaliser un livre ?
  • L’auteur m’envoie son texte. Je le découpe en pages, on appelle cela « Le chemin de fer » et pour chaque passage je cherche des idées, c’est un brouillon très rapide mais complet.

Ensuite, je réalise un deuxième brouillon : je fais un crayonné avec un stylet sur une tablette graphique.

J’envoie tous les dessins à mon éditeur qui peut me demander de changer ou modifier tel ou tel dessin. Ce travail fait, j’imprime tous mes brouillons, je les décalque sur une table lumineuse.

Enfin, je les colorie.

Je les envoie à l’éditeur. Puis l’imprimeur va s’occuper de scanner tous les dessins, mettre les textes, imprimer les pages, les assembler, les coudre, faire la couverture du livre…

 

Je peux utiliser une autre technique où je scanne mon dessin au stylo noir. Je mets la couleur sur l’ordinateur, je peux rajouter des motifs. C’est comme cela que je réalise les illustrations dans le magazine Pomme d’Api.

 

Après cet échange très enrichissant, nous allons essayer en classe de nous inspirer des techniques qu’elle nous a présentées pour réaliser à notre tour des dessins.

La classe de CE2 G

Ce contenu a été publié dans CE2 G. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *