Poésie « Il s’en passe des choses dans ma cité »

Les élèves ont travaillé sur une poésie où les gens sont en mouvement dans une ville.

Il s’en passe des choses dans ma cité de Guy Foissy

Il s’en passe des choses dans ma cité. Il n’y a qu’à regarder. Moi, un jour, j’ai dit: «J’arrête, je regarde.» J’ai posé par terre mes deux sacs. Je me suis assis. J’ai regardé.

Les gens venaient

Les gens marchaient

Les gens passaient

Les gens tournaient

Les gens filaient

Les gens glissaient

Les gens dansaient

Les gens parlaient

Gesticulaient

Les gens criaient

Les gens riaient

Les gens pleuraient

Disparaissaient.

Il s’en passe des choses dans ma cité. Il n’y a qu’à regarder. On voit de tout, on peut tout voir. Mais ce qu’on ne voit jamais dans ma cité, c’est un regard. Un regard qui vous regarde et qui s’attarde.

Les gens naissaient

Les gens vivaient

Les gens mouraient

Et moi, je restais sur mon banc de pierre, encadré par mes deux sacs. Je regardais.

C’est merveilleux : partout où il y a des femmes, partout où il y a des hommes,

partout il y a la vie.

J’aurais dû me lever. Leur tendre la main.

Leur dire: «Salut.

Bonjour! J’existe. Et vous? Vous existez?»

Je suis resté assis.

Le plus souvent, c’est ainsi que les choses se passent. 

 

Voici des illustrations:

     

 

Chloé,

 

 

 

 

Timéo,

 

 

 

 

Théo Aubin,

 

 

 

 

Sarah et

 

 

 

 

Clément

 

 

 

Ce contenu a été publié dans CM2, DIVERS. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *