« Dansons! » _ Le projet

Le projet chorégraphique « Dansons!» réunit 9 jeunes du Groupe-Classe 2 de l’Institut d’Éducation Motrice de la Marrière, 22 élèves de CE1/CE2 de l’école élémentaire Port Boyer et des danseurs professionnels du Burkina Faso. Cette expérience unique est de pouvoir, sur une période longue, avoir une complicité forte avec des artistes (danseurs mais aussi plasticien).

La danse et le handicap (pour certains, des handicaps moteurs lourds) peuvent paraître complètement incompatibles. Pourtant cette expérience, déjà proposée par le passé, a montré que la création artistique pouvaient s’affranchir des limites du corps.

Notre projet cette année, s’inspirera du conte africain que voici:

La petite araignée
En ce temps-là le soleil était fixé d’un côté de la terre et l’autre moitié
vivait dans le froid et les ténèbres.
Aussi les animaux du côté froid envoyèrent leurs meilleurs guerriers pour
tenter de voler un morceau de soleil et de le ramener chez eux.
L’ours, le loup, l’élan tous essayèrent mais tous échouèrent. Les uns
furent bloqués par les gardes du soleil les autres brûlés cruellement par
le feu volé. Ceux qui revinrent ne ramenèrent qu’une boule éteinte
tellement le chemin du retour était long. Toutes les bêtes du côté froid
grelottaient et se désespéraient.
Un jour pourtant, une petite voix sortie de l’obscurité appela l’assemblée
des animaux :
-Mmoi je peux essayer !
Lorsque les animaux s’aperçurent qu’il ne s’agissait que d’une minuscule
araignée, tous se moquèrent :
– Allons, tu n’es pas un guerrier, tu n’es qu’une petite araignée et tu es
faible. Comment oses-tu te proposer quand les plus grands entre nous ont
échoué ?
Mais la petite araignée était déjà partie. Elle avança, avança avança
patiemment, petit pas après petit pas. Le chemin est long à pas
d’araignée mais sa petite taille avait des avantages.
Elle lui permit par exemple de se glisser sans peine entre les gardiens du
soleil. Là, elle déroba une minuscule boule de feu et construisit de ses
petites pattes une deux trois quatre cinq six sept huit pattes un bol de
terre. L’araignée est habile et tissa même autour du bol de quoi protéger
le feu du vent et du froid puis elle se remit en chemin.
La route est longue à pas d’araignée. Mais jamais elle ne faiblit avançant
lentement patte après patte une deux trois quatre cinq six sept huit
pattes.
Et quand elle arriva du côté froid, victoire ! Sa flamme brillait toujours.
Elle permit à tous les animaux de profiter de la chaleur et de la lumière.
Et aucun a oublié que tous devaient ce bonheur à une minuscule araignée.

Ce contenu a été publié dans Classe de CE1-CE2 de Mme EVAIN. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.