En attendant la rentrée du 11 mai

C’est déjà la fin de la semaine de reprise des vacances de Pâques, puisque demain, c’est férié : il n’y aura donc pas de travail scolaire à la maison.

Pendant ce weekend, l’équipe enseignante travaillera à préparer la rentrée du 11 mai, selon les consignes ministérielles et sanitaires qui devraient nous parvenir demain.

Une concertation entre l’équipe enseignante et la mairie est programmée lundi 4 mai, pour réfléchir à une organisation (et aux modifications, si besoin) des locaux scolaires et périscolaires, afin d’accueillir au mieux les élèves qui rentreront le 11 mai.

À la suite de ça, en début de semaine prochaine, nous vous contacterons tous afin de :

  • vous demander si vos enfants retourneront ou non à l’école,
  • vous communiquer le protocole départemental sanitaire d’accueil.

Ensuite, quand nous aurons un aperçu précis des élèves attendus au 11 mai, nous vous informerons au plus vite de l’organisation de cette rentrée :

  • constitution des groupes (il ne pourra pas y avoir plus de 15 élèves par classe) ;
  • jours de classe de chacun ;
  • continuité de « la classe à la maison » ;
  • organisation des déplacements des élèves et des parents ;

En attendant tout ça, nous vous souhaitons un bon weekend,

L’équipe enseignante

L’activité du jour en TPS/PS/MS/GS (34) – La nouvelle page d’Émilie Jolie : le petit caillou

« Émilie a mis le petit caillou dans sa poche et le petit caillou est bien content d’être dans la poche d’Émilie. »

Aujourd’hui, en arts visuels, on crée une forêt, inspirée des arbres-sucettes de Friedrich Hundertwasser :

Un artiste trop méconnu... - Lucie dans le ciel...

La forêt finie, ça donnera ceci :

Matériel :

  • peinture noire, verte, marron
  • ciseaux
  • feutres noir, vert, marron
  • crayons de couleur
  • colle
  • éponge usagée

1) Découpe l’éponge en trois morceaux :

2) Trempe un morceau dans le vert et tamponne la feuille jusqu’à ce qu’il n’y ait presque plus de peinture sur l’éponge :

Puis recommence, jusqu’à recouvrir presque toute la feuille :

3) Fais la même chose, avec la même éponge, en trempant dans le vert et un peu dans le noir :

4) Avec une autre éponge, ajoute un peu de marron :

5) Pendant que ça sèche, tu vas décorer les arbres-sucettes. D’abord, il faut des ronds de différentes tailles :

Ensuite, avec les feutres noir, marron et vert décore-les avec les motifs graphiques suivants : spirales, points, ponts, traits, ronds concentriques…

Tu peux les laisser en blanc, ou les colorier aux crayons de couleur, pour égayer la forêt :

7) Découpe (ou demande à Papa ou Maman de découper) les ronds, en essayant de laisser le trait noir autour, ce sera plus joli. Puis, quand la peinture du paysage de forêt est sèche, colle les ronds (tu peux les superposer un peu) :

8) Avec le dernier morceau d’éponge, trace les troncs en noir, et c’est fini :

Activité supplémentaire spéciale GS

Tu peux créer un arbre en relief, avec seulement des feutres (j’ai gardé noir, vert, marron, comme pour la forêt-sucettes) :

1) Dessine (ou imprime) l’arbre (attention à ne pas dessiner plus de branches, ça complique beaucoup l’activité) :

2) Le principe, c’est de tracer des horizontales « en dehors » de l’arbre et des arrondis « à l’intérieur ».

Sur le tronc, c’est facile :

3) ça se complique un peu sur les branches :

4) si la branche apparaît dès le bord de la page, tu commences par l’arrondi :

5) et ça se complique encore plus quand les branches sont les unes à côté des autres :

5) parfois, les horizontales vont laisser des blancs :

Il suffira de les compléter avec des arrondis :

8) et c’est fini :

BONUS

Mais dis donc, as-tu reconnu la forêt noire d’Emilie Jolie ?

Eh oui, c’est celle où le Petit Poucet a été abandonné avec ses frères et sœurs ! Et ce petit caillou, c’est un de ceux que le Petit Poucet a ramassés devant chez lui et qu’il a semés pour retrouver son chemin!

Mais au fait, connais-tu l’histoire du Petit Poucet ?

Si tu es en GS, tu la connais bien, nous l’avons lue en classe, tu t’en rappelles ?

Mais si tu n’es pas en GS, peut-être ne la connais-tu pas…

Elle est ici, à écouter et regarder :

[Note aux parents : c’est une histoire très connue, très importante, mais aussi très effrayante ; en effet, les parents abandonnent (deux fois!) leurs enfants en forêt, l’ogre veut les manger, mais égorge ses filles par erreur… Bref, des moments un peu durs, émotionnellement, pour les plus petits. Il peut être préférable de l’écouter avant de la proposer à votre enfant, et de décider ensuite.]

GS/CP numération/calcul: jeu de quille fait-maison et jeu de la puce

1er jeu : le jeu de la puce.

Matériel: un bol, un plat et une épingle à linge.

But du jeu: viser les récipients. 1 point si l’épingle arrive dans le bol, 5 points dans le plat. On calcule ses points au fur et à mesure. Les joueurs jouent chacun leur tour.

2ème jeu: jeu de quille. Vous pouvez si vous n’en n’avez pas, les fabriquer (bouteilles de lait, d’eau, rouleau de papier WC…). De 5 à 10 quilles.

Même principe que le jeu de la puce. On calcule ses points au fur et à mesure. Les joueurs jouent chacun leur tour.

Pour les GS, ne marquer que des 1 et des 5 sur les bouteilles (pas de 10). Les enfants essaient de sur-compter, c’est à dire qu’ils gardent en tête le plus grand chiffre (5) et essaient d’ajouter 1 puis encore 1 (5…+1…ça fait 6…+1…ça fait 7).

Pour les CP, on essaye de s’entraîner à calculer en groupant les 5 (5+5=10 donc 5+5+10=20 donc 5+5+10+1=21). Si vous avez plusieurs quilles de 10, on s’entraîne à compter de 10 en 10. J’ai dégommé 3 quilles de 10 donc j’ai 10…20…30 points.

Pour aider les enfants à se représenter les quantités ou vérifier que le calcul est bon, vous pouvez mettre des cailloux à l’intérieur des bouteilles et ouvrir les bouteilles à la fin du calcul.

Bon jeu !

L’activité du jour en TPS/PS/MS/GS (33) – Un hérisson pour compter

Aujourd’hui, on travaille avec le hérisson que tu as fabriqué mardi. Si tu n’as pas encore ton hérisson, c’est ICI pour le fabriquer.

Pour le travail d’aujourd’hui, tu vas avoir besoin d’une dizaine de piquants de deux couleurs.

Pour faire deux couleurs, il y a plusieurs solutions :

1) tu peux peindre les cure-dents, c’est très facile :

2) tu peux aussi découper deux pailles à boire et déposer les morceaux coupés sur les cure-dents :

Si tu n’as qu’une couleur de paille, on pourra dire qu’il y a les piquants de couleur (ici rouges) et les piquants « blancs » (sans couleur).

3) si tu n’as ni peinture ni paille, tu peux enfiler une perle sur le cure-dent, d’une couleur ou de l’autre, ou faire une marque au feutre sur chaque cure-dent, d’une couleur ou de l’autre.

Mon hérisson en piquants rouges et jaunes :

Là, la suite de l’article va être particulièrement bavarde et explicative, et je m’en excuse à l’avance, mais il est fondamental de bien construire et consolider les notions mathématiques en maternelle. Merci de votre compréhension, de votre participation et de votre implication, encore une fois !

Activité 1

[L’objectif de cette activité est de réviser les quantités et leur vocabulaire : plus/moins/autant/ajouter/enlever/il y en a trop/il en manque.

Il faudra bien faire plusieurs fois chaque activité, pour permettre à votre enfant d’apprendre en jouant, mais aussi en mémorisant.]

1) Pique les piquants sur le dos du hérisson en utilisant les deux couleurs.

2) Même activité, mais il faut mettre autant de jaunes que de rouges

Laissez d’abord faire votre enfant à sa façon. Quand il dit avoir fini, vérifier avec lui, en enlevant un par un les piquants, une couleur après l’autre, dans deux tas séparés : « Un jaune ici, un rouge là, encore un jaune ici, encore un rouge là… Ah regarde, j’ai mis un jaune ici, mais je n’ai plus de rouge pour là. Il manque un rouge. »

[Selon l’âge des enfants, ça ne marchera peut-être pas du premier coup : il/elle peut mettre tous les piquants sans trop se poser de questions. Si la comparaison un par un ne l’aide pas à trouver la bonne façon, dites-lui : « mets d’abord un jaune, puis un rouge, comme ça, tu seras sûr d’en mettre autant. » Cette activité a été faite plusieurs fois dans la classe, de différentes façons, notamment en partageant les fruits entre deux assiettes : c’est une bonne activité à faire dans la cuisine, avec des noisettes, des radis…]

3) Même activité, mais c’est vous, parent, qui mettez les piquants rouges. Votre enfant doit mettre autant de piquants jaunes que de piquants rouges.

[Attention : selon l’âge des enfants et le nombre de piquants, les techniques seront différentes. La technique toujours efficace consiste à mettre un piquant jaune pour un piquant rouge, juste à côté par exemple. Pour vérifier à la fin, on regarde si chaque piquant rouge a bien un piquant jaune à côté de lui.]

4) Il y a maintenant autant de piquants rouges que de piquants jaunes.

« Enlève un piquant jaune : quelle couleur en a le plus ? quelle couleur en a le moins ? »

« Ajoute un piquant jaune : quelle couleur en a le plus ? quelle couleur en a le moins ? »

« Ajoute des piquants pour qu’il y a moins de jaunes que de rouges. »

« Enlève des piquants pour qu’il y ait plus de rouges que de jaunes. »

etc…

En TPS, on n’ira pas plus loin. Pour les autres, on passe à la suite :

Activité 2

Donnez un certain nombre de piquants à votre enfant :

  • En PS : 3 de chaque couleur
  • En MS : 6 de chaque couleur
  • En GS : 10 de chaque couleur

On refait les activités ci-dessus, mais cette fois, on comptera les piquants pour vérifier.

« Enlève un piquant jaune, combien y a -t-il de piquants jaunes, maintenant ? [il faut essayer de répondre sans tout recompter]

« Ajoute un piquant rouge, combien y a-t-il de piquants rouges maintenant ? » [il faut essayer de répondre sans tout recompter]

« Regarde, j’ai mis les piquants jaunes, compte-les et mets-en autant de rouges que de jaunes. »

etc…

On pourra alors varier le nombre de piquants ajoutés ou enlevés, et faire compter.

L’activité du jour en TPS/PS/MS/GS (32) – Le hérisson

Aujourd’hui, je propose beaucoup d’activités sur le hérisson, à faire en prenant son temps et selon votre rythme et celui de votre enfant.

La page du hérisson dans le conte Émilie Jolie

Le texte à lire avant d’écouter :

La chanson à écouter :

Le texte à lire après la chanson :

Les activités :

Fiche d’identité

Ci-dessous, la fiche d’identité du hérisson (cliquer pour agrandir) :

Après l’avoir lue avec les enfants, on pourra poser des questions (à adapter selon l’âge et les connaissances de votre enfant) :

  • le hérisson vit-il le jour ou la nuit ? [il vit la nuit] Connais-tu un autre animal qui vit aussi comme ça ? [le hibou, la chauve-souris, le renard]
  • Y a-t-il des choses que le hérisson aime manger que tu aimes aussi ?
  • peut-on trouver un hérisson sur la plage ? [non, il vit dans les forêts]
  • comment appelle-t-on ce qu’il a sur le dos ? [des piquants]

Vocabulaire (doux/piquant)

Trouve dans la maison et classe des objets piquants [brosse à dents, peigne, brosse à cheveux, fourchette, pic à brochette, cure-dents, clous, punaises, crayon bien taillé, ciseaux…] et des objets doux [plume, peluche, coton, pompon, moufle, bonnet, fourrure du chat…]

On pourra les ranger à côté de l’image correspondante :

image

Fabrique un hérisson

Il te faudra :

  • une pomme de terre (ou une boule de pâte à modeler)
  • trois clous
  • une coquille de noix
  • des cure-dents

1) demande à tes parents de creuser le devant de la pomme de terre, de chaque côté :

2) plante un clou dans chaque partie creusée :

3) ajoute un troisième clou pour le nez, et quatre morceaux de la coquille de noix pour les pattes :

4) plante des cure-dents pour faire les piquants :

5) envoie-moi le tien à classepsmsgsalamaison@laposte.net et surtout, ne le perds pas, ne l’abîme pas, tu en auras besoin jeudi pour une activité mathématique !

BONUS 1 – À trois on a moins froid, un livre (à regarder et à écouter) de Michel Gay et Elsa Devernois

BONUS 2 – Quatre façons de construire un abri à hérisson dans ton jardin

(Toutes les informations qui suivent ont été prises sur le très chouette site Le hameau des hérissons)

1) Une simple planche, bien calée le long d’un mur.
Mettez un bon tas de feuilles mortes dessous ou de la paille.
Pour étancher, fixez une vieille toile cirée ou posez une bâche dessus. Caler la planche avec des pierres pour qu’elle ne glisse pas.

2) Quatre parpaings à même la terre, disposés en carré près d’une haie ou sous une haie.
Garnissez de feuilles mortes ou de paille.
Posez une planche pour le toit et une bâche pour protéger le nid de la pluie.
Quelques pierres empêcheront la bâche de s’envoler.

3) Sous le tas de bois dans le bûcher.
En rangeant vos bûches pour l’hiver, faites une cachette en dessous en intercalant des bûches perpendiculairement.
Glissez des feuilles mortes ou de la paille dans l’ouverture.

4) Sous un escalier ou un appentis : endroit idéal à l’abri du vent et de la pluie. Mettez une caisse retournée dans laquelle vous aurez fait une ouverture de 12 x 12 cm pour le passage du hérisson.
Remplissez la boîte de feuilles mortes ou de paille.

Et une affiche informative pour les parents :

Et si ce n’était pas clair à la fin de cet article (très long), je le dis ici : j’adore les hérissons !

GS/CP SCIENCES: fabriquer un cadran solaire

Au printemps et en été les jours rallongent. C’est l’occasion de fabriquer un cadran solaire. Un cadran solaire est un dispositif qui utilise la position du Soleil pour donner l’heure. On installe un bâton droit appelé « gnomon » pour projeter une ombre sur un cadran numéroté. Au fur et à mesure que le Soleil traverse le ciel, l’ombre du gnomon va aussi bouger. Cette idée peut être facile à démontrer dans son jardin avec un cadran solaire de base fait d’un bâton et de petites pierres.

Ce travail sera l’occasion de parler de la course du soleil dans le ciel au cours de la journée, des 24 heures qui divisent la journée, des ombres projetées qui peuvent changer en fonction de la position du soleil (les enfants ont déjà pu observer ce phénomène ICI).

Dans un premier temps, plantez un bâton à la verticale dans un endroit de votre jardin qui est au soleil toute la journée si possible (ou plusieurs heures à suivre au moins) et plat . Ensuite à heure fixe (9h, 10h,11h…) disposez un caillou au bout de l’ombre.

Pour travailler les nombres et leur écriture vous pouvez essayer d’écrire les nombres sur les cailloux au feutre ou à la peinture.

Voilà, il n’y a plus qu’à attendre le soleil..!

L’activité du jour en TPS/PS/MS/GS (31) – Comptines pour bouger et compter

1) Une comptine pour bouger

Ecoutez la comptine ICI.

Ensuite, en motricité :

  • si vous avez du carrelage à la maison, vous pouvez faire des parcours, à cloche-pieds ou à pieds joints d’un carreau à l’autre
  • vous pouvez aussi jouer à la marelle, en traçant dehors le parcours à la craie ou à l’intérieur en collant du ruban adhésif pour la peinture pour les représenter :
La marelle - Jeux de craies - Tête à modeler

2) Une comptine pour compter

Ecoutez la comptine ICI.

Les cartes correspondantes sont là :

Les 16 cartes du jeu sont affichées ou disposées sur le sol devant les enfants.

La chanson est répétée plusieurs fois.

À la fin de chaque couplet, il faut décrire pour votre enfant les lapins selon une des caractéristiques présentes sur les cartes.

Un lapin peut être grand ou petit, blanc ou gris, manger du pain ou des radis, enfin il peut pleurer ou rire.

Pour décrire les trois lapins, on peut ainsi dire :

« Deux grands et un petit » ou « trois lapins gris » ou encore « un mangeait du pain, et deux des radis »…

Un enfant est alors chargé de prendre trois cartes correspondant à cette description.

BONUS – une activité de motricité dans la maison : la rivière qui s’élargit

Avec du ruban adhésif (utilisé pour protéger avant des travaux de peinture) en intérieur ou à la craie en extérieur, tracer au sol deux lignes qui s’écartent de plus en plus (comme un V) et qui représenteront la rivière à franchir (avec élan ou sans élan) en commençant par l’espace le plus étroit et en allant vers le plus large.

Qui ira le plus loin ?

L’activité du jour en TPS/PS/MS/GS (30) – La nouvelle page d’Émilie Jolie : la sorcière

Un peu de vocabulaire, d’abord. La sorcière a des « alambics ». Un joli mot qui désigne un drôle d’objet :

Laboratoires Dujardin-Salleron -

Mais à quoi ça sert ? Tout simplement à faire chauffer et refroidir un liquide pour le transformer (pour la sorcière, ce sera en potion empoisonnée !)

Le texte à lire aux enfants avant la chanson :

La chanson à écouter :

Il y a ci-dessous deux séances de travail, on pourra faire une pause entre les deux.

Séance 1

Compréhension du texte :

L’histoire racontée par la sorcière dans sa chanson n’est pas toujours facile à comprendre, il faut peut-être l’écouter plusieurs fois.

[Pour les plus petits, on pourra simplement expliquer en s’aidant des questions]

Pour voir si tu as compris, essaie de répondre à ces questions (les plus grands peuvent essayer de répondre sans les propositions) :

  • question 1 : pourquoi la sorcière est-elle en train de casser toutes ses affaires dans sa maison ?

– elle veut déménager

– elle fait le ménage

– elle est très en colère

Si tu ne sais pas, essaie de te rappeler de ce livre, que nous avons beaucoup lu dans la classe :

Amazon.fr - Grosse colère - Allancé, Mireille d' - Livres

[Réponse : la sorcière est très en colère]

  • question 2 : qu’est-ce qui la met en colère ?

– elle en a assez d’être confinée chez elle

– elle ne veut plus être méchante

– elle ne retrouve plus son grimoire de formules magiques

[Elle ne veut plus être méchante, elle regrette toutes ses méchancetés et veut devenir gentille]

  • question 3 : que faut-elle pour que la sorcière ne soit plus méchante ?

– il faut qu’elle achète un nouveau balai

– il faut qu’elle trouve son prince charmant

– il faut qu’elle repeigne les murs de sa maison d’une autre couleur que le noir

[Il faut qu’elle trouve son prince charmant]

Séance 2

Graphisme

On va imaginer le laboratoire de la sorcière, avec ses alambics et ses tuyaux.

Voilà les trois étagères et les alambics que j’ai dessinés. Peux-tu nommer les formes des alambics ? [un rond, un triangle, un rectangle]

Nous allons tracer en graphisme les tuyaux qui relient les alambics entre eux.

Pour cela, commencez par imprimer (pour les plus petits) ou recopier le dessin (les GS peuvent même essayer de le dessiner eux-mêmes, puisque tous les motifs graphiques sont connus : horizontales, verticales, arrondis, formes géométriques, graphisme des potions…)

Ensuite, il faut que chaque tuyau parte d’une ouverture d’alambic, et arrive dans une ouverture d’un autre alambic.

  • En TPS :

C’est du graphisme libre : le crayon se promène doucement et librement autour des alambics.

  • En PS :

C’est du graphisme libre, mais on peut inciter à tracer des boucles.

  • En MS :

Il faut tracer le plus de boucles possible.

  • En GS :

Il faut alterner les boucles (haut/bas, gauche/droite), puis compter le nombre de boucles tracées.

Le mien, terminé (n’oublie pas de colorier les flammes qui chauffent les alambics : j’ai mis jaune, rouge, orange au crayons de couleurs) :

BONUS

Vous pouvez aussi imprimer mon dessin et repasser au gros feutre sur mes tuyaux.

Niveau 1

Niveau 2

L’activité du jour en TPS/PS/MS/GS (29) – Écriture

Bonjour à tous, c’est l’heure de la reprise du travail scolaire à la maison, pour encore deux semaines. C’est, pour l’instant, tout ce que nous pouvons affirmer, nous attendons des informations et consignes précises pour la suite, que nous vous ferons suivre aussitôt que nous les aurons.

Pendant ces deux prochaines semaines, nous continuerons (et nous finirons) l’histoire d’Émilie Jolie, avec des activités à chaque page.

Mais avant ça, commençons par un peu d’écriture, avec la date.

Aujourd’hui, c’est lundi 27 avril.

D’abord, je vous donne le coloriage du mois d’avril (je l’avais oublié!) :

Ensuite, les activités du jour :

  • En PS :

Il faut trier les étiquettes LUNDI et LUCIE, qui se ressemblent beaucoup !

Pour ceux qui y arrivent bien, on peut compliquer en ajoutant LUCAS et LUNE, qui ressemblent aussi beaucoup aux précédents, non ?

Et si ça marche vraiment très bien, on ajoute LUGE qui ressemble à LUNE, comme à une sœur.

Comme d’habitude, vous pouvez réécrire les étiquettes sur des étiquettes. Attention : toutes les étiquettes doivent être de la même taille, pour que les enfants ne les trient pas par taille !

  • En MS :

D’abord, il faut nommer les lettres (et l' »apostrophe »), dans l’ordre du mot : AUJOURD’HUI, LUNDI et AVRIL. Lesquelles apparaissent plusieurs fois ? Combien de fois ? [On peut entourer les lettres pour être sûr d’avoir tout dit]

Ensuite, on commence à écrire entre deux lignes, pour « forcer » les lettres à avoir la même taille.

Le mieux pour débuter, c’est un écart de 2 cm entre les lignes.

Puis, comme d’habitude, écrivez le modèle EN CAPITALES sous les yeux de votre enfant, il le reproduit ensuite. Quand il/elle a fini, reprenez son écriture et comparez-la au modèle, commentez et recommencez.

Aujourd’hui, on écrit : LUNDI et AVRIL

  • En GS :

On commence à écrire plus de mots.

Entre deux lignes, séparées de 1 cm (ou de 0,5 cm pour les plus habiles), on écrit , en attaché, sans majuscules :

BONUS – Pour aller plus loin (activité facultative) :

[C’est une activité de pré-lecture, qui incite les élèves à remarquer que les lettres ne font pas toujours « ce qu’on attend d’elles », c’est-à-dire qu’on entend pas toujours leur « vrai » son. Cette activité est accessible aux élèves qui ont déjà compris le principe du « son » des lettres en phonologie]

1) Repère les i dans la phrase. On les entend faire [i] : aujourd’huiiiii, lundiiiiiii.

2) Repère les « u » dans la phrase. Parmi ces « u », combien en ENTENDS-tu qui font vraiment [u] ? [Réponse : un seul, celui de aujourd’hUUUUUUi ; et il faut bien le marquer pour qu’on l’entende, celui-là]

3) Dans « aujourd’hui », les autres « u » sont « mariés » à la lettre qui les précède, celle qui est avant le « u », c’est pour ça qu’on ne les « entend » pas. Repère et écris sur ta ligne d’écriture les couples de lettres avec le « u » dans « aujourd’hui » [il faut donc écrire « au » et « ou »]

Y A (BIENTÔT) ÉCOLE – Fin du voyage en chanson

La voyage en chanson se termine aujourd’hui, c’est l’heure du retour en France !

Deux morceaux qui chantent la France et sa douceur de vivre, deux chansons à l’insouciance un peu mélancolique, deux chansons de fin de vacances, en somme.

Et pour les nostalgiques du voyage, je propose un petit jeu. Ci-dessous, la carte du monde avec les neuf étapes de notre « voyage en chanson ». Saurez-vous les situer ?

À placer sur la carte, dans l’ordre alphabétique :

  • Arménie
  • Brésil
  • Égypte
  • États-Unis
  • Îles Marquises
  • Marie-Galante
  • New York
  • Québec
  • Russie

Cliquez ICI pour les réponses !

Et en bonus, je vous propose de laisser en commentaire « votre » chanson de voyage à vous !