Interview du projectionniste du cinéma : Le tati.

Les reporters groupe 5 : En quoi consiste votre métier ? Qu’aimez-vous dans ce métier ?

Le projectionniste : J’explique mon rôle dans la cabine de projection en montrant un sablier. En haut, il y a les gens qui ont travaillé à la construction du film (scénario, production, réalisation, comédiens, montage, mixage, distribution) et au niveau du goulet d’étranglement, il y a les spectateurs. Nous essayons de faire la plus belle projection possible pour que ceux qui ont fait le film soient respectés et pour que les spectateurs aient tout le confort nécessaire.

Les reporters : Quelle est la différence entre le cinéma « le Tati » et un cinéma comme Cinéville ?

Le projectionniste : Le Tati est un cinéma d’arts et essai, il n’y a qu’une salle. A Cinéville il y a 10 salles. Ils ne projettent plus de films 35 mm, ce ne sont que des films en numérique. Les films sont en Version française. Au tati, nous passons les films en Version originale (ex en italien) sous-titré en français.

Nous projetons des films « fragiles ». Nous défendons les jolis films, nous voulons les montrer.

Les reporters : Sous quelle forme arrive le film au cinéma ?

Le projectionniste : Pour les films en 35 mm ce sont des bobines, sinon pour les films numériques c’est sur un disque dur, on appelle ça le dématérialisé.

Le téléchargement se fait à partir d’une clé USB sur le serveur (plateforme de téléchargement avec logiciel spécialisé. Le film arrive sur une bibliothèque qui peut contenir 100 films.

Les reporters : Est-ce que vous regardez les films que vous projetez ?

Le projectionniste : Oui, je suis cinéfile, j’adore le cinéma et j’aime ce métier aussi pour ça : regarder des films.

J’ai été monteur et scénariste.

Les reporters : Préférez-vous les films en noir et blanc ou en couleurs ?

Le projectionniste : J’ai un faible pour les films en noir et blanc mais il y a aussi des films en couleur magnifiques.

Samedi nous passons Blade runner. C’est un grand film de l’histoire du cinéma, c’est futuriste et sans la couleur ce serait moins bien !

Les reporters : Nous n’avons plus de questions.

Le projectionniste : Merci les enfants d’être venus me voir, rentrez-bien.

Les reporters : Merci, bonne continuation.

Ce contenu a été publié dans Les petits reporters. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *