Dangers sur les réseaux sociaux : une ado témoigne…

En 2017, environ 2 milliards de personnes dans le monde sont actives sur les réseaux sociaux et 56% en France d’après le CREDOC(1). Une élève de 4ème, Sophia s’est déjà fait pirater son compte Facebook.

Témoignage de Sophia, 13 ans, élève au collège les Sources :

« Une personne s’est faite passer pour moi et en a profité pour insulter une connaissance à qui je ne parlais plus.» Sophia a dû se justifier auprès de la personne insultée pour des choses qu’elle n’avait pas dites. Ce cas est assez fréquent, mais il y a aussi d’autres dangers comme être victime d’un prédateur sexuel, d’un harceleur, et passer trop de temps derrière l’écran. »

«La e-réputation »

Dévoiler sa vie privée sur les réseaux sociaux peut avoir des inconvénients dans la vie professionnelle. Dans un entretien d’embauche, le recruteur  peut vérifier la e-réputation (réputation en ligne). En cas de traces négatives, photos compromettantes, commentaires vulgaires…, laissées dès l’adolescence, l’entreprise peut refuser la candidature à un poste une fois devenue adulte.

Nous avons interrogé Mme Lemmet, professeur de Français, pour avoir son point de vue sur les réseaux sociaux: «Il y a des éléments positifs pour les jeunes isolés géographiquement qui du coup peuvent parler avec leurs amis. En revanche, cela apporte de nouveaux problèmes comme des malentendus qui peuvent aller jusqu’au harcèlement. »

(1)Le CREDOC est le Centre de Recherche pour l’Etude et l’Observation des Conditions de Vie. Il rassemble des économistes, des statisticiens et des sociologues.

Elisa Ledreux, Sophia Maupoint, Margot Béquin 4B.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.