Rue de Vittel où des personnes se sont déjà fait livrer.

La qualité des repas touchée par l’informatique

Nous avons demandé à un ancien livreur de repas de raconter son métier, qu’il exerce dans une structure municipale du Mans.

Rue de Vittel où des personnes se sont déjà fait livrer.
Rue de Vittel où des personnes se sont déjà fait livrer.

Le CCAS (Centre Communal d’Action Social) est une organisation qui s’occupe des affaires sociales du Mans.

Quinze livreurs sont dispatchés sur Le Mans, sept zone nord, sept zone sud et un itinérant. Chaque livreur a à peu près trente clients chaque jour.

« Le repas étaient bons »  nous dit l’ancien livreur et fait maison. Un jour, le CCAS a décidé d’informatiser ses services pour une facilité d’organisation.

Avant l’informatique il y avait le choix entre 2-3 possibilités maintenant il n’y a plus qu’un seul menu: entrée (soupe) – plat – dessert.

L’informatique est un gain de temps. Mais quel est le plus important: le gain de temps ou une nourriture saine et bonne pour les personnes âgées?

«L’informatique était intégrée dans une politique de simplification et d’optimisation. Il y a eu un effet bénéfique sur le travail quotidien des agents au détriment de la qualité des repas (centralisation des moyens)» En résumé, l’ancien livreur préférait livrer de la nourriture saine, quitte à mettre plus de temps dans la préparation et la livraison.

Camille Cipolla, Clémentine Duguer, Lydie Harchay 4b

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.