Au Mans, les montres connectées se vendent bien

Elles coûtent une petite fortune : entre 300€ et 18 000€. Malgré leur prix, les montres connectées séduisent les acheteurs. Explications de Chloé, vendeuse à la Fnac du Mans, qui nous parle notamment du succès des « Apple Watch ».

-Vendez-vous beaucoup de montres « Apple watch » ?

« Oui, beaucoup car la montre possède de nombreux atouts très demandés par les acheteurs, ce qui fait qu’elle se vend très bien. On peut notamment la connecter à un Iphone.

-Avez-vous des retours positifs sur ces montres ?

Oui, car elle répond à des critères demandés par les clients, notamment les sportifs. Les montres plaisent aux hommes comme aux femmes car il y a beaucoup de modèles (avec des fleurs, des papillons) mais surtout grâce à toutes ses fonctionnalités comme le GPS (des cartes électroniques).

-Votre « Apple Watch Edition », à 18000€, a-t-elle été beaucoup vendue ?

Pour vous donner un ordre d’idée, il ne nous reste que quatre « Apple Watch Edition » dans notre stock. Elle est énormément vendue et le prix ne choque pas les acheteurs car elle est de qualité supérieure. »

18000€ la montre : le prix choque les élèves

Nous avons fait un sondage dans notre classe. Près de la moitié des élèves s’est déjà intéressée, de près ou de loin, aux montres connectées. Quasiment tous sont choqués par le prix.

Nous avons aussi interrogé trois professeurs. Deux d’entre eux ne sont pas intéressés. Le professeur intéressé, lui, n’était pas choqué par le prix d’une montre connectée à 300€ mais par le prix de celle valant 18000€.

 

Article réalisé par Lucas Dorbes et Enzo Sichez, 4eA

Les jeux vidéo : quelle évolution?

Dès l’entrée du magasin Micromania dans la galerie de Carrefour au Mans, on est plongé dans le monde virtuel avec une vitrine pleine de figurines (Mario et sa casquette rouge, son frère Luigi Yoshi…). Cet endroit est un paradis pour les jeunes et quelques moins jeunes. Un des vendeurs du magasin Micromania a bien voulu répondre à nos questions :

Fifa est une référence dans le monde des jeux vidéos. Quand cette aventure a-t-elle commencé ?

– « Elle a commencé en 1994 avec Fifa sur console Nintendo et depuis c’est toujours un succès. Nous en sommes au 24ème ».

Est-ce que les anciens jeux se vendent toujours aussi bien ?

– « Oui ils se vendent même encore mieux : ils ont fait leurs preuves et les gens ont confiance. »

Quelles sont les améliorations apportées aux jeux ?

– « Il y a des améliorations au niveau du graphisme et aussi au niveau du gameplay, c’est-à-dire les possibilités d’accessoires et d’actions. »

Et maintenant l’avis d’un usager, Malcom élève de 4e au collège Les Sources qui a lâché Pokemon pour Clash Royal : «Au début tout le monde jouait mais finalement c’est toujours la même chose et on finit par s’ennuyer, il n’y a pas de nouveauté, pas d’amélioration.»

Léoline Hatton, Nawel Kara, Killian Therier 4eA

Les réseaux sociaux : un danger pour les adolescents ?

Huryane Boueleau, Louna Djeridi, Selena Bidounga trois jeunes filles de 14 ans, trouvent les réseaux sociaux assez dangereux à cause des risques de piratage de compte, du harcèlement, de la perversité et des arnaques possibles.

La génération suivante représentée par Madame Grandin, 27 ans, et Madame Boueleau, 32 ans, insiste sur la perversité. La fille de Mme Boueleau en a été victime, elle a acceptée une personne en inconnue sur Facebook. Par la suite il lui a demandé des photos personnelles mais elle a refusée. Elle en a parlé directement à sa mère, ensuite elle l’a bloqué et a décidé de se refaire un compte plus sécurisé.

Madame Antheaume, quadragénaire, trouve qu’il faut préserver sa vie privée car on se révèle souvent beaucoup trop sur internet.

Madame Claireau, 69 ans, pense que les réseaux sociaux sont dangereux à cause des arnaques, elle-même en a été victime.

Toutes les générations d’âge affirment que les réseaux sociaux en général sont dangereux.

 

Louna Djeridi, Huryane Boueleau, Selena Bidounga 4eA

 

Pixio, le robot costaud qui filme les sportifs

Pixio est né d’un constat : pouvoir s’auto-filmer contribue à une évolution dans le monde du sport.

. Le Pixio, c’est quoi ?

Pixio est un robot caméra relié à une caméra. Le robot suit le porteur grâce à une sorte de montre qui, elle, est repérée par des balises. Le robot a quatre heures d’autonomie et la montre en a trois. Il est possible de connecter plusieurs montres et caméras. Avec une interface on peut fixer un smartphone ou une tablette.


. A quoi ça sert ? Comment ça marche ?

La Pixio sert à filmer le sportif porteur de la montre. Il est difficile de toujours pouvoir être filmé à chaque séance de sport. Il est également possible de l’utiliser pour des conférences ou autres… La montre que porte le sportif est repérée par trois micros balises. Le robot suit alors la montre, zoomant ou dézoomant selon la distance entre celui-ci et le sportif.

. Faut-il être proche du robot ? Peut-il tout filmer ?

Le robot peut filmer jusqu’à 100 mètres et il n’est pas obligatoire d’être dans la ligne de visée. Il peut effectuer un 360°. L’avantage est qu’il fonctionne aussi bien outdoor qu’indoor.

. Qui l’a inventé ?

Le sportif Eric Willemenot, ancien parachutiste. Il a remarqué que des parachutistes débutants ont appris par un stage vidéo de 10 sauts ce qu’il a réussi à faire en un an avec 50 sauts sans vidéo.

. Qui l’utilise ?

Les principaux utilisateurs sont des sportifs, des tennismen, des cavaliers mais Pixio peut être utilisé pour des conférences, des cérémonies ou encore des répétitions de spectacle.

. Quel intérêt ?

L’intérêt principal est bien évidemment de se filmer sans cadreur pour s’aider à évoluer dans le monde du sport ; remarquer ses erreurs mais aussi immortaliser le moment.

. Combien ça coûte ?

Pour un pack complet le prix s’élève à plus de neuf cents d’euros. Il varie selon le pack, donc ce qui s’y trouve.

 

Cassandre Criscuolo, 4ème A.

Source : http://www.movensee.com/gallery

La mode en mode connecté

Beaucoup de personnes s’inspirent d’internet et de leurs icônes pour s’habiller : par exemple Shay Mitchelle, Maddie Ziegler ou encore la famille Kardashian/ Jenner dont le style est repris par la plupart des jeunes.

Deux collégiens nous donnent leur avis :

Valentin, 14 ans  :« J’ai un style plutôt classique que je qualifierais par sportswear, urbain. Je ne m’inspire pas de célébrité car j’aurais l’impression de les copier alors que l’on n’a pas forcément les même goûts. Je préfère acheter en boutique car il n’y a pas d’arnaque. On peut essayer les vêtements, comme ça pas de problèmes de taille ou de mauvaise qualité. »

Selena,14 ans « La mode est essentielle car cela nous aide à faire attention à son apparence physique. Je m’inspire beaucoup de Maddie Ziegler car on a pratiquement le même âge et que ses choix de couleurs et de matières sont inspirants pour moi. Les réseaux sociaux comme Instagram m’influencent également car chaque blogueuse a son propre style, ce qui m’inspire beaucoup pour créer mes looks. Mes parents me donnent chaque mois 100 euros d’argent de poche pour faire du shopping. Comme j’en fais deux fois par semaine, mon argent est très vite dépensé ! »

 

Emma de Carvalho, Tylia Bouvet 4eA

Les enseignants en mode connecté

Aujourd’hui, qui n’utilise pas internet ? Le web a changé notre quotidien et envahi notre vie.

C’est vrai également chez les professionnels de l’enseignement.

Chez les professeurs, selon la matière enseignée, on ne passe pas le même temps sur internet.

Par exemple, deux professeurs d’histoire du collège Les Sources affirment consulter internet plus de vingt heures par semaine. Ce qui n’est pas le cas dans toutes les matières. Voici le témoignage d’une professeur de Français : « Moi, je passe 5 heures par semaine sur internet pour les absences des élèves et pour préparer mes cours. »

Internet, ce n’est pas que la recherche pour préparer les cours. Les enseignants l’utilisent aussi pour des démarches pratiques ou leurs loisirs : horaires de cinéma, achats… comme en témoigne un professeur de Géographie : « J’utilise internet pour faire des commandes (musiques, livres…), réservations (cinéma, restaurant, hôtels… ).»

 

Yacine Sghir, Marine Grinié, Mathéo Lenoir, 4eA

La Nintendo Switch une console ? Une tablette ? Meilleure que les autres ?

La Nintendo Switch est-elle une console de salon ou de transport ?

Est-elle meilleure que les autres? Sont-elles toutes aux même prix?

Bref laquelle est la meilleure ?

Pour en savoir plus nous avons interrogé Gérard, vendeur et conseiller au magasin Micromania au Mans à Carrefour.

« La Nintendo Switch a un côté plus simple car la tablette Nintendo est connectée au socle Nintendo qui se trouve chez soi en Wi-Fi. Quant à la tablette, on peut l’emmener partout. Pour  jouer à cette console, il faut insérer un disque dans une fente sur le socle de jeux.. En plus, il y a des nouveaux jeux comme Mario Kart 8 Delux, 1 2 Switch qui peut se jouer à plusieurs.

La Nintendo Switch existe en plusieurs couleurs : gris, rouge, bleu…

Et le meilleur c’est que cette console est adaptée à tout public (personnes âgées, jeunes…). »

Autre point positif, la console dispose d’un contrôle parental.

En revanche, un gros inconvénient : le prix, 299 euros pour le moins cher.

A ce tarif, on peut s’acheter la PS4  plus performante.

Autre inconvénient : la batterie qui ne dure que trois heures.

Donc, l’avis est mitigé : une innovation certes mais tout de même beaucoup d’inconvénients.

 

Kilian Rebouilleau, Florian Zoukrou, Malcom Gondard, Nel Mulot, 4eA