Journaliste sportif

Mots clés : Sport, analyser, rédiger, informer, article*, interview*, presse écrite, télévision, événement sportif, commenter.

Définition  précise d’un journaliste sportif : Un journaliste sportif est tout d’abord un passionné de sport. Il n’est généralement pas pratiquant d’un sport mais il connaît très bien le milieu sportif. Un journaliste est capable de retranscrire des événements, des enjeux ou encore des informations. Il faut savoir parler correctement devant une caméra ou à la radio pour que les auditeurs soient embarqués. Pour être journaliste sportif il faut savoir parler au moins deux langues (l’anglais et le français).

Parcours pour exercer le métier de  journaliste sportif : Pour devenir journaliste sportif, il faut faire soit un bac ES ou un bac L ou un bac S. Ensuite, il faut poursuivre 3 années de plus. Il n’y a pas beaucoup de diplômes pour devenir journaliste sportif mais il faut quand même poursuivre ses études pour aller dans des écoles supérieures de journalisme. Une formation permet d’avoir une bonne culture générale et d’avoir des connaissances techniques, et on se crée beaucoup de contacts avec les stages qu’on fait. Le salaire d’un débutant varie entre 1455 et 2000 euros par mois.

L’histoire du métier : «Les journalistes» existent depuis l’antiquité dans les grands centres urbains où les informations étaient amenées par des messagers et  les événements importants étaient criés. En France, le journaliste devient un symbole de la liberté lors de la protestation de 44 journalistes le 26 juillet 1830 car le roi Charles X rétablit la censure dans les journaux. En 2007 environ 37000 personnes ont une carte de presse en France pour parler du sport.

Définitions spécifiques au métier  :

– Article : un article est un texte où l’on parle d’un sujet précis.

– Interview : une interview est un entretien où l’on interroge une personne sur ses actes, ses idées, ses projets pour publier ou diffuser le contenu de tout ce qu’il a dit.

Mon avis : Je trouve  intéressant de parler du sport et comme je suis un passionné de sport je souhaiterais faire un métier autour du sport. Tous les jours je regarde les actualités sur le sport pour voir comment il faut faire pour parler devant une caméra et je trouve cela passionnant. Je trouve que ce métier me correspond car le sport c’est une passion pour moi.

Sitographie : www.pratique.fr / www.letudiant.fr / www.wikipédia.fr / www.larousse.fr

M. Robert  4e B

Ingénieur en aéronautique

Les mots clés

Les mots clés de ce métier sont : électronique, mécanique, moteur, aérodynamisme, carlingue, avion, satellite, bilinguisme anglais, électronique, mécanique, optique et télécommunication.

 

Le travail d’un ingénieur aéronautique

Un ingénieur aéronautique travaille pour la fabrication d’un avion, d’une fusée, d’un satellite ou d’un hélicoptère.Un ingénieur aéronautique a différentes spécialités :

  • électronique (radars, commandes de pilotage…)
  • mécanique (propulsion, train d’atterrissage, moteur,…)
  • optique (vision dans le cockpit)
  • télécommunication (communication radio).

 

La formation d’un ingénieur aéronautique

Pour être ingénieur, il faut avoir un master en ingénierie (5 ans après le bac scientifique). Cette formation est possible seulement dans une quinzaine d’écoles en France. On peut par exemple avoir un diplôme d’ingénieur de l’Ecole nationale supérieure de mécanique et d’aérotechnique de Poitiers.

 

L’histoire du métier

Le métier d’ingénieur est arrivé dès l’antiquité. Les ingénieurs fabriquaient des bâtiments et des mécanismes. Mais très vite les ingénieurs se sont spécialisés.

L’arrivée de l’ingénieur en aéronautique remonte aux années 1900. Le premier vol d’un avion se fit en 1903 sur le Wright Flyer, construit par les frères Wright.

Mais depuis, les avions ont bien changé et sont passés des vols de plaisance aux vols commerciaux ; avec des avions qui peuvent transporter plusieurs centaines de passagers.

1903 - Avion Wright Flyer

 

1970 - Avion Concorde

 

 

 

 

 

 

 

Les définitions

Les définitions sont :

  • aérodynamique : c’est la force qui agit sur un objet en mouvement
  • carlingue : la carlingue est la partie habitable du fuselage
  • fuselage : le fuselage est la partie de l’avion qui comporte le train d’atterrissage et la voilure (cellule recouvrant la structure de l’avion)
  • train d’atterrissage : permet l’envol et l’atterrissage d’un avion en amortissant l’impact avec le sol
  • l’hélice : l’hélice est un dispositif composé de plusieurs pales couplées à un moteur assez puissant permettant de voler.

 

Sitographie

J’ai utilisé wikipédia et www.onisep.fr

 

 

 

 

 

 

 

Ressenti

Ce qui me plaît dans ce métier, c’est l’idée de pouvoir créer quelque chose qui puisse décoller et s’envoler alors qu’il est plus lourd que l’air.

Je n’ai pas trouvé d’informations vraiment surprenantes car je m’intéressais déjà à l’aéronautique avant. D’ailleurs cet été je suis allé dans une colonie dont le thème était l’aéronautique.

J’ai participé à plusieurs vols d’avion, dont un où j’étais copilote. J’ai aussi participé à plein d’ateliers sur l’air (construction d’une montgolfière, d’un boomerang, d’une mini-fusée).

 

Antoine C. , 4eB