Comment naît une équipe de football ?

Un professeur serait à l’origine de l’introduction du football à Cholet (selon François Raimbault, ancien élève du collège Communal, joueur puis président du C.O.C. cité par Elie Chamard¹). Un professeur d’anglais au collège Communal (actuellement collège Colbert), Monsieur Alphonse Duplenne. Originaire de la Manche, il aurait découvert ce sport en se rendant en Angleterre et l’aurait fait pratiquer ensuite à ses élèves dans la cour de récréation.

Plusieurs joueurs du Club Olympique Choletais sont, de fait, des anciens élèves du collège Colbert ². C’est le cas de Victor Simon, Pierre  Blouen, Camille Quesson, Camille Brégeon, Auguste Sibileau, Marcel Faligand, Auguste Coutant et Raoul Brun. Certains d’entre-eux étaient par ailleurs dans la même classe. Huit  joueurs, soit l’essentiel de l’équipe première championne d’Atlantique en 1914 ! Sans compter les remplaçants comme Gustave Renou ou Georges Giron .

L’Intérêt Public du 28 décembre 1962 indique que ce sont Pierre Blouen, Marcel Faligand et Charles Vigan qui ont eu l’idée de la création d’un nouveau club de football sur Cholet. Un club neutre sans affiliation aux « laïcs ou aux patros » (les patronages sont des associations de loisirs encadrés par les curés).

Quoi de mieux que des amis passionnés de football  pour créer ce nouveau club ?

Des amis qui pratiquent le football dans plusieurs clubs. Pierre Blouen joue à Nantes au S.N.U.C. en 1912³ où il a peut-être également rencontré sur les terrains nantais Adolphe Lespert³, élève au lycée de Nantes (actuellement le lycée Clemenceau) qui intègre en septembre 1913 l’équipe choletaise. Camille Quesson et Camille Brégeon sont par ailleurs cousins.

Des soldats du 77ème Régiment d’Infanterie de Cholet rejoignent le C.O.C. comme Louis Fabre, originaire de Dordogne, qui participe aussi à des matchs de football dans le championnat de France militaire. François-Joseph Lepont, sergent au 77ème RI qui fait partie de la première équipe en septembre 1913, meurt accidentellement le 12 juillet 1914 en se noyant dans l’étang de la Godinière à Cholet. Il avait 21 ans.( Le Petit Courrier du 13 juillet 1914)

De la passion, conjuguée au talent et associée à l’amitié, voilà la formule gagnante du « jeu à la choletaise » !

Mme Bossy-Guérin

¹ Elie Chamard, « 20 siècles d’histoire de Cholet », Hérault éditions, 1991.

² Merci à Mme Druffin, Principale du Collège Colbert qui a mis à ma disposition les archives du collège.

³ Merci à Hervé Padioleau, spécialiste du SNUC, pour les informations sur Pierre Blouen et à Jean-Louis Liters pour les informations sur Adolphe Lespert et le lycée Clemenceau de Nantes (Site « Nos Ans Criés  » à découvrir absolument)

Ce contenu a été publié dans Le football, Le sport et la grande Guerre, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *