L’œuvre « du ballon du soldat »

Les élèves de 6ème C ont travaillé sur l’œuvre du Ballon du soldat, ceux de 4ème B ont calculé l’augmentation du prix du ballon avec leur professeur de Mathématiques, Pascal Dorizon.

Un article de « L’intérêt public » du 6 février 1916 indique qu’un bénéfice de 30% sur le prix des places sera versé au profit du « Ballon du soldat ». Un article du Phare de la Loire d’avril 1916 précise que le but est de fournir des ballons pour les poilus et de répondre aux demandes nombreuses des soldats. Un ballon pour « maintenir le moral  si utile en ces circonstances actuelles ». La revue « Lecture pour tous » d’octobre 1917 donne des précisions sur « la question du ballon ».

Au début de la guerre, le ballon de football coûte 10 francs  mais avec le prolongement des hostilités et « la nécessité de se reposer de l’immobilité par le mouvement » la demande augmente et le prix du ballon aussi ! Le prix du ballon a augmenté à 65 francs et les soldats n’avaient pas forcément les moyens de l’acheter. Une hausse de 700% ! La douzaine d’œufs coûte 2 francs 50 à Cholet en 1918, soit 26 douzaines d’œufs pour un ballon ! On comprend donc que lorsque le Sous- préfet de Cholet offre en octobre 1916 un ballon de football aux blessés de Cholet, c’est un cadeau d’une grande valeur.

 

Ce contenu a été publié dans Le football, Le sport et la grande Guerre, Vivre à Cholet pendant la Première Guerre Mondiale, avec comme mot(s)-clé(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *